/sports/hockey
Navigation

Une complicité naissante pour Pierre-Luc Dubois

Une complicité naissante pour Pierre-Luc Dubois
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Fort d’une saison de 60 points avec les Jets de Winnipeg en 2021-2022, sa deuxième campagne la plus productive en carrière, le Québécois Pierre-Luc Dubois connait aussi du succès au Championnat du monde de hockey, en Finlande.

Après quatre matchs, l’athlète de 23 ans est au sommet des pointeurs de son équipe, à égalité avec le patineur du Canadien de Montréal Josh Anderson, avec six points. Les deux hommes ne jouent toutefois pas sur le même trio. Dubois joue avec Nicolas Roy, des Golden Knights de Vegas, et Dylan Cozens, des Sabres de Buffalo. Ce dernier compte cinq points au compteur, lui qui a entre autres réussi un tour du chapeau lors du match contre le Kazakhstan, jeudi. 

«Nous avons beaucoup de plaisir, a raconté Dubois, dont les propos ont été repris par le site de l’IIHF après le dernier duel du Canada. La chimie à l’extérieur de la patinoire commence à s’installer et celle sur la patinoire aussi. Nous parlons beaucoup du jeu avec [Roy]. [Sur l’un des buts de Cozens], je lui ai passé la rondelle alors qu’il était couvert par deux joueurs. Il est probablement le seul à qui je passerais la rondelle dans cette situation et il l’a mise dedans. Je suis très content pour ses trois buts durant le tournoi, particulièrement à cet âge et à son premier Championnat du monde.»

Cozens poursuit sa progression, lui qui fait visiblement partie de la solution à Buffalo, où les Sabres n’ont pas goûté aux séries éliminatoires depuis 2011. Il a d’ailleurs passé l’ensemble de la dernière campagne dans le circuit Bettman, où il a amassé 38 points en 79 duels. Ce court passage en Europe, avant la saison morte, lui permettra sans doute d’acquérir un peu plus d’expérience, afin de faire encore mieux en 2022-2023.

Un duel pour le premier rang

Toujours invaincus après quatre matchs, les Canadiens ont profité d’une journée de congé, vendredi, avant de reprendre leur tournoi, samedi, contre les Suisses.

Ce match en sera un particulièrement important, puisque les deux équipes sont toujours invaincues. Le gagnant s’offrira ainsi une sérieuse option pour conclure la phase de groupes au sommet du Groupe A.

Une défaite n’est toutefois pas synonyme de fin de tournoi, mais d’un meilleur adversaire lors des quarts de finale.

«Nous avons très bien commencé le tournoi, mais c’est une longue compétition, a ajouté Dubois. Il y a une possibilité de jouer 10 matchs et nous n’en sommes qu’au match 4. Nous devons continuer de nous améliorer à chaque match, peu importe qui est notre adversaire, parce qu’à un certain point, nous serons en situation où si nous perdons, nous rentrons à la maison.»

- Le Canada et la Suisse sauteront sur la patinoire, samedi à Helsinki, à 9 h 20 (heure du Québec).

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.