/sports/golf
Navigation

Une étoile aux commandes

Will Zalatoris épate la galerie au Championnat de la PGA d’Amérique

GLF-MAJ-PGA-SPO-PGA-CHAMPIONSHIP---ROUND-2
Photo AFP Will Zalatoris retient l’attention au Championnat de la PGA d’Amérique au club de Southern Hills à Tulsa.

Coup d'oeil sur cet article

TULSA | À sa huitième présence en tournoi du Grand Chelem, Will Zalatoris est quasi toujours dans le portrait. Après 36 trous au Championnat de la PGA d’Amérique, la jeune étoile mène avec sang-froid et tact l’un des pelotons les plus relevés.

• À lire aussi: Championnat de la PGA: sauvé par son fer droit

À seulement 25 ans et sa deuxième saison complète parmi l’élite mondiale, l’Américain a enregistré une carte parfaite de 65 (-5), sans boguey. Vendredi, il s’est installé au sommet du tableau, à un coup devant le Chilien Mito Pereira. Celui-ci en est d’ailleurs à sa première présence à ce championnat d’envergure. 

Par son comportement sur les verts, tout indique que Zalatoris a trouvé le manuel d’instruction de son fer droit. Véritable talon d’Achille sur le circuit de la PGA alors que la majorité des indicateurs le relèguent au-delà du 140e rang avec cet outil en main. 

À ses deux rondes à Southern Hills, il a réussi à gagner 6,18 coups sur les verts par rapport au reste du plateau qu’il mène dans cette colonne.

Travail à poursuivre

Dans les sept championnats majeurs disputés sur ce parcours depuis 1936, l’éventuel vainqueur menait toujours à l’issue des rondes finales. 

« Il reste encore une longue route. Il faut continuer à bien jouer et atteindre le plus de verts en coups prescrits. De cette manière, c’est plus difficile de rater sa chance. J’aime l’histoire, mais je dois poursuivre mon travail et je souhaite avoir suffisamment bien fait à la fin pour gagner », a averti le jeune golfeur.

Meneur à l’issue de la première ronde, Rory McIlroy rôde au cinquième échelon. Même s’il a tenté de garder la pédale au plancher dans des conditions plus calmes en après-midi, il a signé une carte de 71 (+1). 

Tout juste devant lui au tableau à -5, Bubba Watson a réalisé son meilleur pointage en carrière dans ce championnat en égalant du même coup le record, un 63 (-7). L’Américain aux deux titres majeurs a calé neuf oiselets.

Thomas : maître des vents

Il fallait attacher sa casquette avec de la broche en matinée dans la grande région de Tulsa. Le vent soufflait dans toutes les directions et les nuages n’annonçaient rien de bon. Les bourrasques ont atteint jusqu’à 55 km/h. 

Si bien que dans le contexte météorologique, les officiels ont décidé de ne pas tondre les verts afin d’éviter un carnage au tableau.

Justin Thomas a toutefois réussi à maîtriser Éole en réalisant un véritable tour de force. 

Le champion de l’édition 2017 a ramené une deuxième carte de 67 (-3) afin de s’installer provisoirement au sommet du classement avant la vague de départs de l’après-midi.

En confiance dans ces éléments, l’Américain de 29 ans a su maîtriser ses distances aux objectifs.  

« Dans ces conditions, j’ai confiance que je peux exécuter et frapper le coup que je souhaite, a-t-il exprimé. Je voudrais que ce soit davantage une affaire d’habileté travaillée. 

« Frapper la balle solidement exactement au bon endroit sur la face du bâton aide beaucoup à contrôler les trajectoires et les distances, mais selon moi, j’ai du succès dans ces conditions puisque je suis en mesure d’atteindre mes cibles. 

« Ce qui est unique sur ce parcours, c’est qu’on ne compte pas beaucoup de trous avec un vent de face ou de dos. On doit composer avec des vents de travers. Donc il faut savoir contrôler les trajectoires afin que la balle touche les cibles. »

Installé au troisième rang, à trois coups derrière le meneur, Thomas sera à surveiller étroitement ce week-end. La pluie et des vents soufflant jusqu’à 45 km/h apparaissent dans les prévisions, samedi. 

Hadwin tient bon

Par ailleurs, Adam Hadwin a sauvé l’honneur canadien de justesse alors qu’il est le seul des trois golfeurs représentant l’unifolié à participer aux rondes finales. Une ronde de 71 (+1) fut suffisante.

Ayant pris le départ en matinée, il a gardé les doigts croisés durant tout l’après-midi pour que le couperet tienne à +4, son score cumulatif. 

« J’ai connu quelques difficultés en milieu de parcours. J’ai perdu les allées. Quand on ne parvient pas à placer sa balle dans les allées par ici, on peine à atteindre le vert en coups prescrits, ce qui élimine les opportunités d’oiselet », a-t-il expliqué. 

Le golfeur de Colombie-Britannique a raté six allées, vendredi, en commettant trois bogueys à ces occasions. 

Tous deux à +9, Corey Conners et Mackenzie Hughes ne seront évidemment pas des rondes du week-end.

79 golfeurs ont résisté au couperet tombé à +4. 

Tulsa express

GLF-MAJ-PGA-SPO-PGA-CHAMPIONSHIP---ROUND-2
Photo AFP

4 trous sur 75 verges

Dans notre édition de jeudi, on avait noté des endroits problématiques et dangereux sur le parcours en raison de la proximité des lignes de jeu. Vendredi, la balle de Cam Smith a malheureusement atteint Aaron Wise à la tête au 7e trou. Installé sur le tertre du 9e trou, vendredi, en suivant Adam Hadwin, j’ai constaté que les segments de quatre trous s’alignent les uns à côté des autres sur 75 verges. Ainsi, le tertre du 9e est situé à quelques pieds du vert du 8e. Celui-ci est bordé par le tertre du 18e alors que le vert du 17e se trouve à un jet de pierre. On assiste donc à des coups alternatifs entre les groupes s’exécutant dans le même secteur.

UPS lance un message 

Ce n’est pas un livreur vêtu de brun qui a livré une lettre à Lee Westwood et Louis Oosthuizen, mais plutôt la haute direction de United Parcel Service (UPS). La grande entreprise postale a coupé les ponts avec les deux golfeurs qu’elle commandite depuis des années. Selon le Sports Illustrated, les liens sont rompus entre Westwood et UPS depuis qu’il a dévoilé sa volonté de rejoindre la nouvelle « ligue » LIV Golf propulsée par les Saoudiens. Oosthuizen ne porte plus l’écusson de la compagnie américaine sur son polo. Il faut savoir qu’UPS est un commanditaire majeur de la Coupe Ryder, un événement biennal organisé par la PGA et le circuit européen. Ceux-ci ont clairement exprimé leur opinion quant à l’arrivée d’un circuit semblable voulant attirer les plus gros noms du jeu en distribuant allègrement les millions. Le premier tournoi de ce circuit est prévu du 9 au 11 juin dans un club de la région de Londres.

L’essence à 1,03 $ le litre à Tulsa ! 

Selon les indicateurs, l’essence la moins chère à travers les États-Unis se trouve en Oklahoma. Les stations-service Kum & Go affichent des prix d’environ 3,93 $ le gallon, ce qui égalerait 1,03 $ le litre chez nous. Et les consommateurs sont furieux de devoir payer ce prix ! S’ils devaient jongler avec les coûts du Québec, ils paieraient environ 8,13 $ du gallon...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.