/finance
Navigation

Accompagné de son cochon, un enfant démarre sa propre entreprise à Gatineau

Accompagné de son cochon, un enfant démarre sa propre entreprise à Gatineau
GARDENING WITH BEASTIE

Coup d'oeil sur cet article

Un Québécois d'à peine 9 ans a démarré sa propre entreprise d'entretien paysager cette semaine, et son seul employé est bien spécial: il s'agit d'un cochon de huit semaines appelé Beastie Boy.

L'entreprise Gardening with Beastie offre des services d'entretien paysager aux résidents de l'Outaouais, plus particulièrement à ceux de Gatineau. «On désherbe, on arrache les mauvaises herbes et on enlève l'herbe à puce», a précisé Sebastian Coburn, âgé de 9 ans.

Cette idée est née d'une initiative de la mère de Sebastian, Miranda Dyck, qui a lancé un défi à ses quatre enfants dans l'espoir de les occuper cet été. Chacun devait arriver avec sa propre idée d'entreprise estivale pour ensuite la démarrer. Celle de Sebastian a été lancée il y a moins d'une semaine.

«Il a tout créé: le design, les logos et le nom. Il a même fait les réservations», a révélé Mme Dyck à CTV News.

L'adorable duo de compagnons a fixé son tarif à 20$/h pour l'entretien du terrain de leurs clients. Ils arrivent chez le client avec leurs pelles et leurs gants et, après que Sebastian a creusé un peu, c'est au tour de Beastie Boy de travailler. «[Il] s’enracine avec son nez, attrape certains des insectes et enlève quelques racines. Il est aussi très bon pour éliminer les pissenlits», a indiqué Mme Dyck.

L'entreprise est vite devenue un succès et a déjà pris de l'expansion. Alors que Gardening with Beastie devait se concentrer initialement sur la région de Gatineau, le duo se déplace désormais à Ottawa pour répondre à la demande.

«C'est plutôt cool d'avoir un cochon dans ma cour», a mentionné Hatton Thompson, un enfant chez qui l'entreprise s'est rendue travailler.

«C'est excellent pour l'apprentissage de mes enfants de voir un autre enfant démarrer une entreprise», a déclaré la mère d'Hatton, qui se réjouit du travail du duo.

La demande est telle que Sebastian a dû recruter sa mère, ses frères et sœurs ainsi que quelques amis pour répondre aux appels.

«Je n'arrive pas à croire que c'est une aussi grande réussite, a indiqué Mme Dyck. Je pensais que les gens voudraient faire nettoyer leur jardin pour le long week-end de mai, mais maintenant, nous avons des réservations jusqu’à la semaine prochaine.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.