/news/society
Navigation

Procès de Carl Girouard: «Je faisais confiance au système judiciaire et je ne suis pas déçu»

Jacques Fortin conjoint Suzanne Clermont attaque sabre
Photo d'archives, Jean-François Racine Jacques Fortin fréquente souvent l’espace Suzanne-Clermont, inauguré l’an dernier sur la rue des Remparts, dans le Vieux-Québec. Tout près de leur domicile, une plaque a été installée sur un banc de parc, dans un endroit très apprécié par sa conjointe.

Coup d'oeil sur cet article

Le conjoint de Suzanne Clermont croit qu’il pourra désormais amorcer son véritable deuil avec le sentiment que « justice a été rendue ».

• À lire aussi: Les victimes de Carl Girouard et leurs proches soulagés

• À lire aussi: Les victimes de Carl Girouard et leurs proches soulagés

Jacques Fortin avoue sans détour qu’il attendait ce moment depuis fort longtemps.

« Enfin ! On est rendu là. Cette journée est arrivée. Après les péripéties de cette soirée, après l’interrogatoire, après le procès, je marque cette journée d’un jalon. Ma vie est un peu en dents de scie depuis le 31 octobre 2020 », affirme l’ancien animateur de radio.

Pas de vengeance

Même s’il est bien entouré par ses proches, Jacques Fortin continue de vivre ses joies et ses peines un jour à la fois. Il refuse de se réjouir de ce verdict de meurtre prémédité et il n’a pas senti le besoin d’être présent hier.

Impossible de célébrer non plus. Il rappelle que l’amour de sa vie a été tuée sur le pas de sa porte.

Suzanne Clermont
Photo courtoisie
Suzanne Clermont

« On ne sort pas le champagne pour ça. Il y a tellement de douleur. On peut se réjouir quand même d’un événement important : c’est que justice a été rendue. Je n’ai jamais été animé par un sentiment de vengeance en me disant qu’il allait payer. Je faisais confiance au système judiciaire et le système judiciaire ne m’a pas déçu », ajoute-t-il.

Moins de deux ans après le drame, Jacques Fortin est en mesure de prononcer le nom de Carl Girouard, l’assassin de « sa » Suzanne et de François Duchesne, qui a également fait de nombreux dommages collatéraux.

La ville de Québec, si calme et si belle, est devenue un endroit monstrueux le temps d’une soirée impossible à oublier.

« Un travail admirable »

Évidemment, M. Fortin a pris soin de remercier tous les jurés, des hommes et des femmes qui ne sont pas des professionnels. Leur décision devrait améliorer son sentiment de plénitude au fil des années à venir.

« Je les remercie du fond du cœur pour le sérieux de leur travail. Il suffit d’y croire. Ils ont été choisis pour trancher la question et ils ont fait un travail admirable. »

Empathie pour la mère du tueur

À travers ses propos, Jacques Fortin trouve aussi la force d’avoir une pensée pour la mère de l’auteur des crimes.

« J’ai un mot d’empathie particulier pour la mère de Carl Girouard. On est parents pour la vie. On ne choisit pas ce que nos enfants vont devenir. On veut leur donner le meilleur de ce que nous sommes et dans certains cas, ça ne réussit pas. »

Malgré la volonté de la défense de porter la cause en appel, il croit désormais pouvoir passer à autre chose.

« Je pense à moi et je garde toujours Suzanne dans mon cœur pour m’accompagner jusqu’à la fin », termine-t-il.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.