/opinion/blogs/columnists
Navigation

L’islam et l’homophobie politiquement correcte

L’islam et l’homophobie politiquement correcte
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le 17 mai dernier, l’Université Western à London en Ontario a publié une image sur Instagram dans le cadre de la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie. On y voit notamment deux femmes portant le voile islamique qui s’embrassent.  

Il n’en fallait pas davantage pour que les intégristes musulmans s’indignent. L’image a entre autres été décrite comme «irrespectueuse» et aussi comme «une insulte» à l’islam. Il y a eu ensuite une pétition de 2000 noms pour que l’image soit retirée. Comme s’il n’y avait pas de lesbiennes musulmanes!

L’une des critiques est venue de l’imam Abd Alfatah Twakkal. Il a affirmé qu’il est «inapproprié» de mettre un symbole religieux musulman dans une telle image, comme si le délit de blasphème existait au Canada! 

Une terroriste d’Al-Qaïda

Twakkal fait partie du Conseil des imams canadiens, dont certaines prises de position méritent d’être rappelées. Celui-ci s’est prononcé pour la libération de la terroriste d’Al-Qaïda Aafia Siddiqui. Celle-ci a été trouvée coupable de tentative de meurtre aux États-Unis et purge une peine de 86 ans d’emprisonnement. 

En janvier dernier, une synagogue du Texas a été la cible d’une attaque terroriste. Malik Faisal Akram, un Pakistanais, avait pris des Juifs en otage et réclamait la libération de Siddiqui. Interrogée par les médias à l’époque, celle-ci avait refusé de condamner Akram, lequel a été abattu par les forces de l’ordre.

Le Conseil des imams canadiens affirme pour sa part que madame Siddiqui est une musulmane pieuse et traitée injustement par les Américains. Cette situation constituerait «un autre aspect sombre de la civilisation occidentale».

Cette déclaration dit quelque chose sur monsieur Twakkal, qui a dénoncé l’Université Western et son image supposément irrespectueuse de l’islam. En fait, ce sont plutôt les pays musulmans qui persécutent les homosexuels. En Algérie, au Maroc, au Liban, en Tunisie, en Lybie, au Koweït, au Bahreïn et j’en passe, l’homosexualité est passible de prison, jusqu’à 10 ans dans certains cas.

Pendus à des grues

En Arabie Saoudite, au Yémen, en Mauritanie, en Afghanistan et en Iran, l’homosexualité est passible de la peine de mort. L’Iran a d’ailleurs pendu deux gays au début de l’année. Les exécutions sont parfois publiques. Les homosexuels sont pendus à des grues et on expose leurs corps pour l’exemple. 

En 2019, Mohammed Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, avait défendu ces exécutions lors d’une conférence de presse. Après une tirade contre les États-Unis et Israël qui violeraient les droits fondamentaux, il avait déclaré ceci: «notre société a des principes moraux et nous vivons en fonction de ceux-ci». 

Pour revenir au Canada, le pire de l’histoire est que l’Université Western a retiré l’image controversée. Tout en affirmant défendre le droit des homosexuels musulmans, elle a cédé devant une homophobie politiquement correcte. 

C’est ça le multiculturalisme canadien. On trahit nos valeurs occidentales en cessant de défendre les homosexuels.