/entertainment/tv
Navigation

Essor des séries de «true crime»: rendre justice aux victimes et à leurs proches

Évaporés : Victoria Charlton enquête
Capture d’écran, vrai Évaporés : Victoria Charlton enquête : faire disparaître un corps.

Coup d'oeil sur cet article

Les séries de true crime jouissent d’une popularité grandissante. On en produit d’ailleurs de plus en plus. Des séries sur des enquêtes fouillées qui remontent les faits, d’autres plus sensationnalistes, des approches journalistiques, d’autres qui font dans le spectacle. Les histoires criminelles fascinent. On vit dans l’espoir de comprendre, de trouver des failles.

Je discute du phénomène avec deux femmes qui sont tombées dans le genre de façon bien différente. Leurs séries ont toutefois en commun de vouloir rendre justice à des victimes dont la disparition résonne encore.

Victoria Charlton
Photo courtoisie, Émilie Hébert
Victoria Charlton

Victoria Charlton était au cégep lorsqu’elle a développé une passion pour le true crime

« Ce qui m’a allumée, c’est l’histoire du meurtre d’Elisa Lam, raconte celle qui nous propose la série Évaporés : Victoria Charlton enquête. Il y a eu une série sur Netflix, Crime Scene : The Vanishing at the Cecil Hotel. Je suis devenue obsédée par cette histoire. J’écrivais sur des forums. Je me suis rendu compte qu’il n’y avait rien en français. Alors je me suis mise à en parler sur ma chaîne YouTube. Mes vues ont augmenté de façon significative. Depuis, c’est un travail de longue haleine. Ça fait 7 ans que je fais ça, et je peux dire que j’ai trouvé ma branche. » 

Évaporés : Victoria Charlton enquête : Victoria prend une photo.
Capture d’écran, vrai
Évaporés : Victoria Charlton enquête : Victoria prend une photo.

Soif de savoir

Victoria est devenue une véritable référence dans le genre. Avec près de 700 000 abonnés sur sa chaîne, elle a pris de l’assurance. Des familles la contactent régulièrement afin qu’elle mette leur histoire en valeur. 

« Je ne fais pas d’enquête, je n’appellerai pas les policiers, je raconte les histoires et donne une voix aux victimes. » 

Depuis quelques semaines, on peut la suivre sur la plateforme Vrai alors qu’elle pose son regard sur trois disparitions relativement récentes qui n’ont jamais été résolues, celles de Francis Albert-Cloutier, Philippe Lajoie et Mélissa Blais. 

« Beaucoup d’émissions s’attardent maintenant à des cas de disparition. Tout est dans la manière de raconter les histoires. Ce ne sont peut-être pas les histoires les plus connues, mais ce sont des cas qui restent mystérieux. Dans la série, chacune est construite comme une vraie enquête. » Victoria va à la rencontre de témoins, multiplie les appels, analyse le terrain.

Évaporés : Victoria Charlton enquête : recherche d’une voiture.
Capture d’écran, vrai
Évaporés : Victoria Charlton enquête : recherche d’une voiture.

« Le true crime a toujours existé, mais c’est devenu beaucoup plus accessible. Plus tu en consommes, plus tu aimes ça. Il y a une soif de sensations fortes. La peur crée un rush d’adrénaline. » 

Informée de toutes ces histoires douloureuses, Victoria arrive à faire la part des choses et à ne pas être hantée par les histoires qui accablent les familles qui la contactent. Elle avoue toutefois être particulièrement touchée par les cas qui se passent au Québec. 

Parallèlement à la série qui l’a occu-pée ces derniers mois, elle poursuit l’écriture d’un nouveau livre qui parlera notamment d’une vingtaine de femmes assassinées dans les années 1980, preuve que les féminicides ont malheureusement toujours existé. 

Elle agit aussi comme bénévole auprès d’un organisme qui recense les disparus. Mettre en lumière ces tristes histoires est non seulement son boulot, mais en quelque sorte sa mission. 

Ne jamais glorifier le crime

Nathalie Bibeau
Photo courtoisie
Nathalie Bibeau

Nathalie Bibeau n’était pas une fan du genre. Celle qui a eu une carrière comme journaliste à la CBC redoutait les éléments sensationnalistes et toute forme de voyeurisme. Ce sont davantage les histoires humaines qui l’inspirent. The Unsolved Murder of Beverly Lynn Smith est sa première incursion dans le true crime et le résultat hyper cinématographique est impressionnant. 

« C’est la première fois qu’une histoire canadienne était produite pour Amazon Prime, explique la cinéaste. Je voulais mettre en valeur les émotions et l’impact, et non glorifier le crime. La famille était d’accord avec cette approche. » 

Elle a eu les moyens de peaufiner une signature visuelle. 

The Unsolved Murder of Beverly Lynn Smith : Wendy Spiers-Lodge, la sœur cadette de Beverly.
Photo courtoisie, Amazon Prime
The Unsolved Murder of Beverly Lynn Smith : Wendy Spiers-Lodge, la sœur cadette de Beverly.

« Ce n’est pas tous les jours que l’on voit un accusé ou une victime dans son intimité. La démarche et les gestes de quelqu’un en révèlent beaucoup sur sa personne. Il y a des informations qui ne se partagent pas avec des mots. J’ai pu travailler les métaphores. » 

Elle a aussi choisi de suivre le travail de journalistes qui ont couvert la disparition de la jeune Ontarienne abattue chez elle, plutôt que celui des policiers. 

The Unsolved Murder of Beverly Lynn Smith : Barbra Brown, la sœur jumelle de Beverly.
Photo courtoisie, Amazon Prime
The Unsolved Murder of Beverly Lynn Smith : Barbra Brown, la sœur jumelle de Beverly.

« Ça m’a permis de pouvoir critiquer le travail des policiers de façon objective, de me rapporter aux faits et en quelque sorte d’honorer le métier. » 

Il faut dire que le suspect, Alan Smith, a été piégé par des techniques d’investigation peu orthodoxes. 

The Unsolved Murder of Beverly Lynn Smith : le suspect, Alan Smith.
Photo courtoisie, Amazon Prime
The Unsolved Murder of Beverly Lynn Smith : le suspect, Alan Smith.

Standards d’éthiques élevés

À quoi attribue-t-elle le succès phénoménal du genre dans lequel elle s’est plongée ? 

« On y dévoile les extrêmes de l’être humain dans toute sa complexité. Comme téléspectateurs, on a accès à un monde dans lequel on ne peut pas rentrer. » 

Nathalie Bibeau reconnaît avoir une très grande responsa-bilité envers la famille. 

« Nos standards d’éthique ont été très élevés. Après avoir vu la série, une des sœurs de Beverly m’a dit : maintenant on ne parlera plus de comment elle est morte, mais plutôt de comment elle a vécu. Ça ne change pas la fin, mais c’est une façon pour elle de commencer à faire son deuil. C’est le plus beau compliment qu’on aurait pu me faire. Cette série a réussi à la garder vivante en quelque sorte. »

Séries true crime qui sont devenues des « classiques »  

Meurtriers sur mesure
Photo d'archives
Meurtriers sur mesure

Making a Murderer – Netflix

Don’t F**k with Cats – Netflix

Tiger King
Photo d'archives
Tiger King

Tiger King – Netflix

The Keepers – Netflix

The Staircase – Crave

The Jinx – Crave 

Des productions québécoises 

La traque – ICI tou.tv extra

L’Ordre du temple solaire – Vrai

Meurtriers sur mesure – Vrai

Présumé innocent : L’affaire France Alain – Crave

Sur les traces d’un tueur en série – Crave

Qui a tué Marie-Josée – Crave

Nouveautés dans le genre true crime 

The Tinder Swindler
Photo d'archives
The Tinder Swindler

The Tinder Swindler – Netflix

Our Father – Netflix

Bad Vegan: Fame, Fraud, Fugitives – Netflix

The Puppet Master : Hunting the Ultimate Conman – Netflix

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.