/news/society
Navigation

Les ravages des stéroïdes: la quête du corps parfait a été fatale pour son frère

GEN - GENEVIÈVE CHARETTE
Photo MARTIN ALARIE Geneviève Charette espère que le décès de son frère Pierre-Alexandre poussera au moins les jeunes à rester loin des produits dopants.

Coup d'oeil sur cet article

Coincé dans un cercle vicieux dont ses proches tentaient de le sortir, Pierre-Alexandre Charette est mort à 27 ans des complications d’une hépatite fulminante causée notamment par la consommation de produits anabolisants.  

«Tout était fini à l’intérieur de lui quand il est mort. Le médecin nous a dit qu’il avait le cœur d’un homme de 80 ans», raconte sa sœur Geneviève Charette, toujours émotive près de 10 ans après son décès. 

M. Charette est décédé en août 2012, quelques heures après avoir été admis au centre hospitalier de Saint-Eustache parce qu’il vomissait du sang. À son arrivée, il souffrait d’une hépatite sévère et d’une insuffisance rénale aiguë. 

Moins de 24 heures plus tard, après qu’il eut vécu des épisodes d’hallucinations et d’agitation importante, son cœur s’est arrêté subitement. 

Le rapport du coroner Jacques Ramsay, publié en 2014, établit que l’homme est décédé des suites d’une hépatite causée par l’usage de stéroïdes – qui peut avoir des répercussions sur le foie – jumelé à d’autres substances illicites. 

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Jérémy Bernier au micro de Geneviève Pettersen à QUB radio :  

 

«MALADIF»

Complexé par son physique depuis son jeune âge, Pierre-Alexandre Charette a commencé l’entraînement en salle vers la fin de son adolescence. 

Gagnant rapidement en confiance, il s’est mis à consommer des anabolisants qui lui ont permis d’obtenir des résultats impressionnants. 

Pierre-Alexandre Charette
Photo tirée de Facebook
Pierre-Alexandre Charette

Mais c’est lorsqu’il a commencé à travailler comme danseur nu au Stock Bar, dans le quartier gai de Montréal, que tout a déboulé, d’après sa sœur. Celle qui a été sa confidente explique que la pression exercée sur lui pour qu’il soit toujours plus «cut» était de plus en plus forte. 

En plus des stéroïdes et autres produits connexes, Pierre-Alexandre Charette s’est alors enfoncé dans la consommation d’autres drogues. 

«C’est là que le cercle vicieux a débuté, c’était maladif et ça l’a mené à sa perte, affirme sa sœur. Il dansait pour payer ses stéroïdes – qui coûtaient la moitié de son loyer – pour bien paraître, pour danser.» 

Ce n’est toutefois qu’après son décès, quand elle a vidé son appartement et qu’elle a trouvé des flacons de stéroïdes dans tous les coins, que sa sœur a pris conscience de l’ampleur de la situation. 

Vous avez un scoop
à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

UN PIÈGE

Ce qui affecte le plus Mme Charette dans cette histoire, c’est que son frère s’apprêtait à sortir de ce cercle infernal. Il devait aller habiter chez elle quelques jours plus tard, pour «se remettre sur les rails». 

«Je savais que ça lui coûterait la vie un jour, il n’avait que 27 ans...», souffle la sœur du jeune homme, la gorge nouée par l’émotion. 

«C’est un piège. Ce train de vie là ne peut pas être soutenu à long terme», lance-t-elle à l’intention des jeunes qui seraient portés à consommer des produits pour améliorer leur apparence.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.