/finance/business
Navigation

Tourisme québécois: opération charme à Times Square et à Londres

L’industrie touristique québécoise met le paquet pour reconquérir ces marchés clés et préserver ses acquis

touristes étrangers quebec
Photo courtoisie Les New-Yorkais peuvent voir les publicités qui vantent les attraits de la métropole québécoise depuis le 2 mai dernier.

Coup d'oeil sur cet article

«Je reviendrai à Montréal», chantait Robert Charlebois. C’est ce que souhaite l’industrie touristique en 2022, et pas juste pour la métropole, alors qu’on voit apparaître des campagnes promotionnelles inédites à Londres, à New York et ailleurs pour attirer les touristes au Québec.

• À lire aussi: Voyez ce que de célèbres «touristes» d’autrefois ont pensé de Québec

«On vise un retour complet des touristes pour l’année prochaine. Cette année, ce sera plutôt autour de 60 % à 70 %», estime Martin Soucy, président-directeur général de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ).

La référence, ici, c’est l’année 2019-2020 et ses 16,4 milliards $ de retombées touristiques pour le Québec, dont 4 milliards $ pour le tourisme d’agrément.

On parlait alors de 35 millions de visiteurs, dont le quart venait de l’extérieur du Québec. Ces 8,4 millions d’étrangers comptaient toutefois pour 53 % des dépenses touristiques. 

Campagne ciblée

Une pandémie plus tard, l’objectif est de remonter la côte et de mener une opération charme ciblée pour ramener ces touristes dépensiers. 

«On vise l’Ontario, le nord-est des États-Unis et la France», explique M. Soucy. Le Québec ne mène donc pas de campagne en Asie, par exemple, actuellement. 

«Des liaisons directes comme Shanghai-Montréal et Tokyo-Montréal sont en train d’être réactivées, donc ça ne vaut pas la peine de se concentrer là», poursuit-il. 

Ajouter des liaisons aériennes 

Québec a d’ailleurs annoncé une nouvelle enveloppe de 10 millions pour l’AITQ, il y a 10 jours, afin de favoriser «la création de nouvelles lignes aériennes». 

Le but est d’attirer plus de visiteurs en multipliant leurs points d’arrivée au Québec grâce à du démarchage auprès des transporteurs aériens, entre autres. 

Au même moment, Transat inaugurait son vol direct entre la ville de Québec et la capitale anglaise, Londres. 

«Nous développons cette nouvelle route et par le fait même, le tourisme vers Québec», croit Bernard Côté, directeur du marketing pour le transporteur québécois.   

  •  Écoutez la chronique économique de Michel Girard sur QUB radio :    

Transat de la partie

Afin que ce nouveau vol hebdomadaire ne passe pas inaperçu, Transat a mis le paquet avec «une campagne de promotion majeure». 

Dans le tube, le métro de Londres, on peut voir des affiches géantes présentant un beau paysage où on lit (en anglais, of course) «Votre connexion à la nature – Ville de Québec». 

Transat, qui a récemment inauguré une liaison directe Londres-Québec, s’affiche notamment dans le métro de la capitale britannique.
Photo courtoisie
Transat, qui a récemment inauguré une liaison directe Londres-Québec, s’affiche notamment dans le métro de la capitale britannique.

Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de la façon dont le Québec est vendu à l’international. 

Une grande première

Aux États-Unis, les New-Yorkais peuvent voir, depuis le 2 mai dernier, Montréal s’afficher pour une première fois sur les panneaux du mythique Time Square.

«On n’avait jamais fait cela avant. Il faut dire que c’est un marché important et historique, tout le nord-est des États-Unis. Et c’est très prometteur cette année», assure Manuela Goya, vice-présidente affaires publiques chez Tourisme Montréal, lors d’une entrevue avec Le Journal

C’est la première fois que Tourisme Montréal fait de la pub à 
Times Square.
Photo courtoisie
C’est la première fois que Tourisme Montréal fait de la pub à Times Square.

Dans cette campagne publicitaire qui s’appelle 1001 moments à partager, 100 Montréalais se sont filmés à 17 h, au même moment, quelques secondes, afin de montrer «tout ce qu’il y a à faire à Montréal».  

La campagne que verront les Américains sera d’ailleurs la même que celle des Français, des Ontariens et même des Montréalais. 

Le Québec aux Québécois

Avec la COVID, l’industrie touristique montréalaise s’était adressée presque exclusivement aux locaux et aux Québécois les deux dernières années.

«Nous voulons garder cette habitude de nous adresser aux Montréalais, donc notre campagne s’adresse aussi à eux», dit Mme Goya.

À l’AITQ, la campagne mise en place s’appelle Québec mon amour. On y fait parler des Québécois afin qu’ils vantent notre culture créative et notre accueil légendaire.  

«On est concentrés à reconquérir les marchés étrangers et à retenir les Québécois au Québec», dit Martin Soucy. 

Au total, explique le PDG de l’AITQ, ce sont de 43 à 44 millions $ qui seront investis pour ce faire en 2022 par l’ensemble de l’industrie. 

«Les Québécois qui voyagent au Québec nous ont permis de survivre au cours des 2 dernières années. On continue à bâtir là-dessus», dit-il. 

Et c’est en misant sur la culture, le côté gourmand et les grands espaces qu’on compte y parvenir. Ici comme ailleurs.


  

  • Écoutez la chronique de Yves Daoust au micro de Richard Martineau tous les jours en balado ou en direct à 9h15 via l’app QUB et le site qub.ca :



Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.