/news/society
Navigation

Denis Coderre amassera des millions $ en dons pour la visite du pape

L’ex-maire de Montréal dit qu’il est normal d’assumer les frais de séjour du Saint-Père

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-maire de Montréal, Denis Coderre, jouera un rôle actif dans la venue du pape François au Canada, en juillet prochain, en pilotant une campagne de financement de plusieurs millions de dollars, a appris Le Journal. 

• À lire aussi: Le pape François à Québec: une visite papale plus sobre qu’en 1984

• À lire aussi: Le pape François à Québec en juillet

M. Coderre a été choisi comme ambassadeur de la visite papale et à ce titre, il est responsable d’amasser le financement pour couvrir les frais du séjour au Québec du souverain pontife.

Trois arrêts au Canada sont prévus du 24 au 29 juillet, dont un à Québec.  

En plus de ce volet, M. Coderre agira comme facilitateur envers les groupes autochtones.

À l’époque où il siégeait à la Chambre des communes à Ottawa, M. Coderre s’est occupé de différents dossiers relativement aux peuples des Premières Nations. 

Cette fois-ci, il a été mandaté par l’équipe qui veille aux préparatifs de la venue du Saint-Père dans la capitale nationale.  

« C’est important que chacun puisse mettre du sien. Ce n’est pas rien, le pape, quand même. C’est une personnalité qui est très populaire. J’avais essayé de l’amener à Montréal en 2017 pour le 375e. Je l’avais même rencontré au Vatican avec Mgr Lacroix et Mgr Lépine », a rappelé M. Coderre. 

  • À écouter aussi :  

Deniers publics

« Le fédéral va jouer un rôle sur le plan de la sécurité, mais je pense qu’on a besoin d’un financement autonome. On est en train de regarder les besoins », a-t-il ajouté. 

M. Coderre préfère ne pas s’avancer pour le moment sur le montant qu’il souhaite réunir.  

« C’est sûr qu’on va aller chercher plusieurs millions », a-t-il ajouté.  

L’ex-maire de Montréal, qui a accepté de relever ce défi bénévolement, est d’avis qu’il est « normal » d’assumer les frais de cette visite.  

« Comme dirait l’autre, on sait recevoir et on va travailler en conséquence. » 

À savoir si les entreprises accepteront de donner généreusement, M. Coderre y est allé de cette citation : « Comme dirait mon ancien patron Jean Chrétien : “Low expectations, high delivery”. [...] Je ne doute pas de la générosité des gens. Il faut aussi être imputable dans la façon de dépenser tout cela. C’est un travail d’équipe. »

Écoutez l'entrevue de Benoît Dutrizac avec Denis Coderre sur QUB Radio:

Financement varié 

Les diocèses du Canada, la Conférence des évêques catholiques du Canada ainsi que des communautés religieuses vont également participer au montage financier.  

« On n’a pas d’objectif de fixé aujourd’hui. On essaie d’amasser le plus possible pour une visite qui n’est pas dans la démesure non plus. C’est une visite plus modeste par rapport à celle que nous avons connue en 1984, plus humble, plus simple avec des activités plus limitées », a indiqué Valérie Roberge-Dion, responsable des communications pour Pôle Québec qui participe à l’organisation de la visite. 

Réconciliation 

M. Coderre, qui se définit comme un homme de foi, considère qu’il est « important de faire partie de la solution dans ce processus de réconciliation. » 

« C’est un geste qui est extrêmement important et c’est le début d’un autre chapitre pour donner aux gens cette capacité de vivre pleinement et de s’assurer que cela ne se reproduise plus », a-t-il dit.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.