/misc
Navigation

Tôt ou tard, ils reviendront

Quebec
Photo d’archives, Stevens Leblanc Au nom du gouvernement Legault, le ministre des Finances, Eric Girard, mène la charge auprès du bureau de Gary Bettman pour le retour des Nordiques à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Le retour des Nordiques est « définitivement envisageable du moins à long terme... » 

C’est un ministre important du gouvernement de François Legault qui l’a dit, 27 ans pile-poil après le départ des Bleus vers le Colorado. Eric Girard dirige les finances publiques du Québec. Accessoirement, il mène la charge auprès de la LNH. Une excellente idée. Un ministre économique sénior pour convaincre Gary Bettman du bien-fondé du retour des Nordiques... sur des bases économiques. 

Le Québec a changé

Ça nous change de l’habituel romantisme. « Le Québec a changé. Lorsque vous regardez le TSX60, l’indice des plus grandes capitalisations boursières du Canada, il y a plusieurs grandes compagnies québécoises. La ville de Québec est aussi beaucoup plus dynamique et diversifiée que lors du départ des Nordiques », dixit Eric Girard. 

Autrement dit, les motifs principaux qui justifieraient de redonner à la capitale québécoise son équipe sont économiques. 

Projet à long terme

Le ministre Girard a raison de parler de long terme. Les Coyotes se meurent en Arizona. Ils s’apprêtent à disputer des matchs sur un campus universitaire dans un aréna de 5500 places. Sur une glace où ils ne pourront peindre le logo de l’équipe... Mais jamais Gary Bettman ne permettra le transfert des Coyotes vers Québec. Le retour des Jets à Winnipeg, transfuge presque de nuit des Thrashers d’Atlanta ne se reproduira pas. S’ils quittent le désert, ce sera vers Houston.

Par contre, un déménagement après une vente totale ou partielle des Sénateurs d’Ottawa vers Québec est un scénario envisageable. 

Les Sens ne sont plus viables à Kanata. Aucun doute à mon esprit que l’échec du projet des Plaines-LeBreton ait fait très mal au regretté Eugene Melnyk. Je pense que s’il était toujours de ce monde, monsieur Melnyk se serait laissé tenter par quelques matchs au Centre Vidéotron, puis une vente partielle et un transfert permanent. Ce à quoi Gary Bettman, qui adore suivre la trace de l’argent, ne se serait pas opposé. Le motif de ne pas perdre une équipe dans la capitale du Canada ne tient pas la route. En contrepartie, l’idée de bouger une équipe sur moins de
400 km sans traverser la frontière est très acceptable à Manhattan. 

La succession Melnyk et Bettman

Mais... Eugene Melnyk n’est plus. Et sa succession ne semble pas nécessairement encline à poursuivre son œuvre avec les Sénateurs. Que fera donc Gary Bettman si les héritières de Melnyk démontrent un intérêt à simplement vendre l’équipe ? Insistera-t-il d’abord pour garder la franchise à Ottawa ? Possible, mais ça demeure Ottawa, pas New York. Voilà pourquoi j’accorde du crédit aux démarches du gouvernement Legault. Plus il y aura de poids dans la balance, de ténors rassemblés autour de ce beau et grand projet, plus les chances qu’il se concrétise augmenteront. 

Sinon il restera une prochaine expansion qui amènerait les cadres de la ligue à 34 équipes. J’y reviendrai... ou pas !

Coup de cœur

Quebec
Photo d’archives

À mon ami Pierre Rinfret, parti jouer aux cartes au ciel avec René. Pierre a fait la paix. Avec sa vie, mais surtout avec sa mort. Il se sera amusé pendant 55 ans à pratiquer un métier qui a été toute sa vie. Repose en paix Bijoux. Les asperges ne seront plus jamais aussi bonnes au party de homard. Surtout, inquiète-toi pas pour Camille « toute va être correcte ».

Coup de gueule

Quebec
Photo d’archives

Aux autorités de la Ligue nationale de hockey, en déséquilibre entre le bien et le mal. Entre les dinosaures et les modernistes. Entre le bon vieux hockey de séries et les prouesses dignes d’un jeu vidéo de McDavid. Ça donne des règlements de comptes sur la glace, des blessés intentionnels et pour lesquels il n’y a jamais consensus. Ce perpétuel doute mine la crédibilité de la LNH.

Un p’tit 2 sur...

Quebec
Photo d’archives

Une victoire pour le CF Montréal ce soir contre Cincinnati. Je refuse de croire ceux qui prétendent que le 11 de Wilfried Nancy en a fait assez pour justifier une meilleure préparation de ses adversaires et que depuis plus rien ne va. À ce groupe uni de leur dire qu’ils ont tout faux en gagnant nettement contre un adversaire hautement prenable. Surtout à domicile.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.