/world/opinion/columnists
Navigation

La tristesse, faute de mieux

0529 Latendresse
Photo courtoisie, Richard Latendresse Une femme et un enfant se recueillent près des lieux de la fusillade d’Uvalde au Texas.

Coup d'oeil sur cet article

Oh que j’en ai vu des gens tristes cette semaine ! Ils prendront longtemps à s’en remettre dans la petite ville d’Uvalde, au Texas. Et encore, on leur rappellera à jamais que c’est là qu’un meurtrier a choisi de s’en prendre à des élèves d’une classe de 4e année. De 4e année.

Des gens tristes, comme j’en avais croisé il y a quinze ans, après qu’un jeune étudiant eut tué trente-deux personnes sur le campus de l’université Virginia Tech. Et aussi il y a près de dix ans maintenant, quand vingt enfants de six et sept ans avaient été massacrés dans l’école de Sandy Hook à Newtown, au Connecticut. Ça arrachera toujours le cœur.

Après ces boucheries et tant d’autres, en plus d’essayer de comprendre le mal de vivre, la folie qui pousse à commettre de tels gestes, j’entends immanquablement de nouveaux appels – plusieurs chargés d’émotions, d’autres logiques et solidement argumentés – à contrôler l’accès aux armes à feu aux États-Unis.

Ça ne se fera pas. D’abord, parce que la société américaine est si profondément divisée, polarisée ces temps-ci qu’on ne parvient plus à s’entendre, à faire de compromis sans avoir le sentiment de s’être fait avoir par l’autre camp. Puis, j’ai appris une chose au fil du temps et en ai constaté une autre, je vous explique.

UN DROIT, C’EST UN DROIT

Ça peut paraître flyé, mais à vivre avec les Américains depuis près de seize ans, c’est devenu – et je le dis honnêtement – banal de me faire servir, à un moment ou un autre, une référence à la Constitution du pays. Souvent, c’est approximatif ; parfois, carrément incorrect ; mais les Américains nourrissent un attachement mythique aux textes concoctés par James Madison, Alexander Hamilton et autres Thomas Jefferson.

Chez nous, sauf dans les départements de science politique de nos universités et parmi le groupe restreint de constitutionnalistes au pays, je n’ai jamais croisé – de ma vie ! – quiconque m’ayant décrit l’importance de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, de la Loi constitutionnelle de 1982 ou même de la Charte des droits et libertés dans leur quotidien.

Sûrement devrait-on en être mieux informés et davantage chérir la stabilité politique et les droits que nous garantissent ces documents historiques. Pour ou contre la fédération ou la souveraineté, ce ne serait probablement pas mauvais d’avoir une meilleure idée de ce qu’ils disent.

Selon l’enjeu du moment, les Américains en reviennent constamment à leur Constitution : l’avortement, le droit de vote, la protection de l’environnement, nommez-les, si la question les divise, ils en appelleront à la Constitution (et à la Cour suprême) pour trancher. Et le droit au port d’arme – peu importe l’interprétation qu’on fait du deuxième amendement – s’y trouve clairement inscrit.

L’ARGUMENT « SANDY HOOK »

Ça, c’est ce que j’ai appris. Ce que j’ai constaté, c’est que par rapport aux armes à feu, l’horreur et l’indignation ne feront jamais le poids. J’évoquais plus tôt les vingt petits garçons et petites filles de Newtown ; ceux et celles d’Uvalde étaient à peine plus vieux.

Ils ont été fauchés par des fusils d’assaut, les armes les plus délirantes qu’on puisse trouver légitime de porter dans une société en paix. Si même après le massacre d’enfants, on ne parvient pas à convenir qu’il faut interdire ces armes-là, au moins celles-là, rien ne se fera. Rien !

 

Les armes et les Américains...

Pourcentage en accord avec ces affirmations

Empêcher les personnes souffrant de maladie mentale d’acheter des armes

  • Démocrates : 90%
  • Républicains : 85%

Interdire les fusils d’assaut, de type AR-15

  • Démocrates : 83%
  • Républicains : 37%

Permettre aux enseignants d’être armés dans les classes

  • Démocrates : 24%
  • Républicains : 66%

Créer une agence fédérale supervisant les ventes d’armes

  • Démocrates : 92%
  • Républicains : 43%

Source : Pew Research Center, Avril 2021

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.