/opinion/columnists
Navigation

Tueurs de masse et contrôle des armes à feu

FD-FUSILLADE-LAVAL
Photo Agence QMI, Maxime Deland Le contrôle des armes à feu, une nécessité.

Coup d'oeil sur cet article

Qu’est-ce qu’un tueur de masse ? C’est un individu qui tue à un endroit, habituellement public, au moins quatre personnes sans avoir une cible spécifique avec une arme à feu en moins de 24 heures. 

Ces tueurs sont à 96 % des hommes ayant une moyenne d’âge de 26 ans. Leurs motivations sont variées, bien que la haine soit un élément souvent rapporté. Elle est alors essentiellement projetée sur une catégorie d’individus, à savoir les femmes, les personnes racisées et LGBTQ+. Certains ciblent des écoles primaires et secondaires, lieux qu’ils fréquentent ou ont déjà fréquentés. 

Sont-ils fous ?

Les explications du passage à l’acte sont multifactorielles (harcèlement à l’école, solitude, consommation de drogues, idéologie suprémaciste, racisme, etc.). Il n’y a pas de causes simples et la folie n’explique pas tout. En fait, les études américaines qui se sont penchées sur ce phénomène estiment que la prévalence de maladies mentales diagnostiquées se situe autour de 23 %. 

La majorité des tueurs de masse est donc « saine d’esprit » et pour la plupart, ils planifient leur attaque. Avec l’avènement des réseaux sociaux, plusieurs laissent connaître leurs intentions et vont jusqu’à se filmer en pleine action. Par exemple, le 14 mai dernier, Payton Gendron tue 10 Afro-Américains à Buffalo en diffusant en direct son assaut sur Twitch.

Une plus grande prévalence aux États-Unis

Lorsqu’on se compare, on se console. Au Canada, on dénombre 13 tueries de masse (51 morts et 90 blessés) de 1984 à 2018, comparativement aux États-Unis qui, selon le Gun Violence Archive, auraient enregistré plus de 200 fusillades avec au moins 4 victimes (tuées ou blessées) depuis le début de l’année 2022. Quant au FBI, il rapporte 61 fusillades impliquant un tireur actif ou plus en 2021, soit une augmentation de 52 % comparativement à 2020. 

Nos voisins du Sud sont-ils plus violents que nous ? Évidemment, non. 

En ce qui concerne les tueurs de masse, la différence statistique observée entre le Canada et les États-Unis s’explique en grande partie par le contrôle des armes à feu. En effet, la majorité de ces tueurs tendent à perpétrer leur crime avec des armes légales. Ce fut le cas des six armes à feu du tueur de la mosquée de Québec, du Beretta CX4 Storm de celui du Collège Dawson et du tireur d’Uvalde au Texas, qui s’est procuré deux armes militaires le jour de ses 18 ans.  

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : un système qui facilite et valorise l’achat d’armes à feu par des civils présente un risque plus élevé de fusillades sur son territoire. Ce qui est le cas des États-Unis. 

Cependant, il faut savoir qu’au Canada, la majorité des fusillades répertoriées est perpétrée par des groupes criminels et, bien que nécessaire, le contrôle des armes légales ne règle en rien cette situation, puisque ceux-ci utilisent des armes illégales, dont près de 80 % proviennent des États-Unis. 

Ne serait-il pas plus à propos de mieux protéger nos frontières poreuses ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.