/finance/business
Navigation

Pénurie de moutarde: un Québécois dame le pion aux multinationales

Simon-Pierre Murdock a anticipé la pénurie et acheté massivement l’été dernier

Coup d'oeil sur cet article

Prévoyant la pénurie à venir, un entrepreneur du Québec a devancé les multinationales en achetant tout ce qui restait de graines de moutarde dans l’Ouest canadien pour leur ravir leur place sur les tablettes des épiceries.

• À lire aussi: Burger, la tendance de l’heure

«On a investi massivement l’an dernier quand on a vu ce qui s’en venait», se targue Simon-Pierre Murdock, fondateur et copropriétaire de Canada Sauce, de Saguenay. 

Ce qui s’en venait, c’est une pénurie de graines de moutarde en raison de conditions climatiques désastreuses dans l’Ouest canadien en 2021. 

La récolte au Canada, premier producteur mondial, s’en est ressentie avec une chute de 28 % pour l’année 2021-2022.  

Simon-Pierre Murdock produit de la moutarde commune à Saguenay depuis 2019. Son entreprise, Canada Sauce, a tout fait pour stocker le maximum de grains de moutarde quand les producteurs canadiens l’ont averti de la mauvaise récolte à venir, en 2021.
Photo courtoisie
Simon-Pierre Murdock produit de la moutarde commune à Saguenay depuis 2019. Son entreprise, Canada Sauce, a tout fait pour stocker le maximum de grains de moutarde quand les producteurs canadiens l’ont averti de la mauvaise récolte à venir, en 2021.

«Vers le mois d’août 2021, on a acheté des quantités astronomiques de graines de moutarde, des vans et des vans. Tout ce qu’il restait dans les silos, on l’a pris. On a investi tout notre fonds de roulement», raconte l’entrepreneur, qui produit de la moutarde depuis 2019.

Si bien qu’aujourd’hui, la moutarde «baseball» de Canada Sauce se trouve dans 1800 points de vente, et l’entreprise vient de signer un contrat pour approvisionner Costco.  

  • Écoutezl'entrevue avec Simon-Pierre Murdock au micro de Geneviève Pettersen via l’app QUB et le site qub.ca : 

Les prix mondiaux explosent

Pendant ce temps, le marché mondial de la moutarde souffre. Les graines se font rares et leur prix s’est envolé, atteignant jusqu’à cinq fois la valeur de 2020. 

Le deuxième producteur mondial est la Russie, frappée par un embargo. Un autre producteur important est l’Ukraine, dont les champs ont été dévastés par les tanks russes. 

Les géants du secteur comme Maille et Heinz peinent à s’approvisionner en matières premières. Des ruptures de stock sont observées partout, comme en Europe. 

«Vous l’aurez sans doute remarqué, certaines marques de moutarde sont absentes des rayons de supermarché depuis maintenant plusieurs jours», écrivait d’ailleurs le magazine Le Point, hier. 

Photo courtoisie

Chaque année, le Canada exporte 70 000 tonnes de moutarde jaune, surtout aux États-Unis. On y produit de la moutarde dite commune, la fameuse moutarde «baseball». 

En 2022, Canada Sauce va utiliser de 20 à 30 tonnes de graines de moutarde pour produire sa moutarde.

«On est un petit joueur, mais c’est payant d’avoir de bonnes relations avec les producteurs de l’Ouest», raconte-t-il. 

C’est aussi ce que constate le Conseil de la transformation alimentaire du Québec. 

«Ceux qui produisent de la moutarde ici ont été avertis de la mauvaise récolte à venir et ont pu en stocker. Mais la production devra être bonne cette année, sinon on va se retrouver dans la même situation que l’Europe», explique la PDG de l’organisme, Sylvie Cloutier. 

Comme quoi miser sur les produits locaux peut mener à de belles surprises. Et permet de saisir des occasions. 

«On a 10 % du marché de la moutarde au Québec, et avec tout ce qui se passe, on pense pouvoir monter à 30-40 % dès cette année», rêve Simon-Pierre Murdock. 

Pourquoi y a-t-il une pénurie de moutarde? 

Photo courtoisie

Vous vous rappelez du «dôme» de chaleur, l’an dernier? Cette sécheresse a fait chuter la production de graines de moutarde de 28 % au Canada, premier producteur mondial. Le deuxième producteur? La Russie, frappée d’un embargo. En France, la production de moutarde est passée de 12 000 tonnes en 2016 à 4000 tonnes en 2021, à cause d’une vague de froid, mais aussi en raison de l’interdiction d’utiliser certains insecticides. Bref, c’est la tempête parfaite.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.