/news/green
Navigation

Fous de Bassan retrouvés morts sur l’île Bonaventure: le phénomène est circonscrit mais inquiète

Fous de Bassan retrouvés morts sur l’île Bonaventure: le phénomène est circonscrit mais inquiète
Courtoisie Pauline Martigny

Coup d'oeil sur cet article

Les morts récentes de fous de Bassan soupçonnées d’être causées par la grippe aviaire dans les environs de Percé, en Gaspésie, semblent circonscrites, mais restent inquiétantes.

• À lire aussi: Un tracteur pour cueillir les cadavres de fous de Bassan aux Îles de la Madeleine

• À lire aussi: Bas-Saint-Laurent: des milliers de carcasses envahissent la région

• À lire aussi: Grippe aviaire: du jamais vu

Le Parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé est ouvert depuis peu malgré la découverte de plusieurs dizaines de fous de Bassan morts mystérieusement.

«Depuis la semaine dernière, on a repéré 75 spécimens morts. Quatre carcasses [soupçonnées de contenir le virus de la grippe aviaire] ont été envoyées au Centre québécois sur la santé des animaux sauvages, dont nous sommes toujours en attente des résultats», explique Rémi Plourde, directeur du Parc.

Fous de Bassan retrouvés morts sur l’île Bonaventure: le phénomène est circonscrit mais inquiète
Courtoisie Pauline Martigny

Les résultats des analyses seront connus au cours de la semaine à venir.

Bien que le problème demeure assez limité sur le territoire de l’île Bonaventure, la situation pourrait devenir beaucoup plus grave, selon un expert.

«C’est sûr que c’est bientôt le temps de la reproduction, a expliqué Magella Guillemette, professeur spécialisé en ornithologie marine à l’Université du Québec à Rimouski. Je ne sais pas l’impact sur un virus comme la grippe aviaire, mais bien qu’il n’y a pas de copulation présentement, le mâle et la femelle prennent le temps de se retrouver et ça, ça risque d’accélérer les contacts et ainsi, les cas de grippe aviaire.»

Fous de Bassan retrouvés morts sur l’île Bonaventure: le phénomène est circonscrit mais inquiète
Julie Côté / Agence QMI

Pour le spécialiste, cette situation relève du jamais vu. «Des mortalités massives dans le milieu marin, c’est déjà arrivé. Ça peut être relié à la gestion de pétrole, à l’absence de nourriture, des algues toxiques. Mais je n’avais jamais entendu dire auparavant que la grippe aviaire pouvait avoir des impacts négatifs sur les oiseaux marins», a-t-il confié.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.