/entertainment/music
Navigation

Aquanaute: «Cet album m’a mise au monde» –Ariane Moffatt

WE 0116 Star Académie
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le 4 juin 2002, une jeune Ariane Moffatt lançait son tout premier album en carrière, Aquanaute. Porté notamment par les morceaux Point de mire, Poussière d’ange et Fracture du crâne, l’album allait s’écouler à quelque 115 000 exemplaires et avait été nommé 11 fois au gala de l’ADISQ. Vingt ans plus tard, l’auteure-compositrice-interprète revient sur cette époque où tout était permis. 

Il y a quelques mois, pour travailler sur l’album Aquanaute 2022, sur lequel des artistes de la nouvelle génération reprennent à leur sauce des titres de son premier disque, Ariane Moffatt a réécouté Aquanaute. Elle a trouvé qu’il avait bien vieilli.

« Je trouvais ça cool la liberté des fins de tounes qui durent longtemps et des structures qui ne sont pas toujours aussi carrées qu’aujourd’hui. Je ne faisais pas ça pour plaire. C’était vraiment pour aller au bout d’une démarche. [...] Je comprends où j’étais et ma fragilité. C’est un album qui était tellement important, qui m’a mise au monde. C’est émouvant des fois de replonger là-dedans. »

Le succès d’Aquanaute avait été assez intense, selon ses propres dires, et lui avait bien sûr mis de la pression pour la suite. 

« Je ne sais pas si c’est le fait d’être une femme qui doute beaucoup, mais je me sentais imposteur... Psychologiquement, je trouvais ça quand même difficile de profiter de tout ce qui m’arrivait. J’étais plus fragile, un peu plus déprimée. »

Le public de Bélanger

Au moment de la sortie de l’album, Ariane Moffatt était en pleine tournée de Rêver mieux avec Daniel Bélanger. Elle faisait partie de son groupe comme claviériste. Toujours généreux, Bélanger avait même commencé à lui laisser faire ses premières parties. C’est ainsi qu’Ariane avait pu commencer à se créer un public.

« Je dis toujours que c’est comme si Daniel m’avait donné le public idéal, mentionne-t-elle. Un public de mélomanes qui s’intéressent aux textes et à la musique. Le public de Daniel, ce sont des vrais amoureux de la chanson francophone québécoise. Je me suis toujours considérée bien chanceuse qu’il me passe un peu à son public et c’est comme ça que j’ai bâti le mien. »

Pour marquer le 20e anniversaire d’Aquanaute, Ariane Moffatt lancera aussi pour la première fois l’album en version vinyle. 

« Francis Collard a réussi à récupérer mes bandes maîtresses et il fait un nouveau mix avec une vision un peu plus orientée sur les technologies d’aujourd’hui, dit Ariane. C’est un de mes seuls albums qui n’avait jamais été sorti en vinyle. On était très CD à l’époque. » 


♦ Les vinyles d’Aquanaute sont disponibles au arianemoffatt.com. Ariane Moffatt sera en spectacle le 11 juin au Théâtre Maisonneuve, dans le cadre des Francos. Elle fera aussi quelques dates avec le spectacle Ariane Moffatt Pop et dansant avec le « super-groupe de l’amitié ! » 

Retour sur trois titres d’Aquanaute  

Le Journal a demandé à Ariane Moffatt de revenir sur trois pièces marquantes qui se trouvaient sur son premier album.


POINT DE MIRE

« On pourrait penser que c’est une chanson où je parle à une fille, mais même pas. C’était dans mon époque où je flirtais entre les gars et les filles. C’est une chanson de ce début de vie d’adulte où l’on vit des choses un peu interdites. C’est dans cet esprit-là que je voulais faire cette chanson. Pour moi, c’est vraiment une toune de jeunesse. C’est la première chanson que j’ai entendue à la radio dans mon char. Je me rappelle avoir frappé sur le toit de ma Subaru Impreza en disant : yes, I made it ![j’ai réussi]. »


POUSSIÈRE D’ANGE

« J’avais cette amie très proche qui devait se faire avorter. [Écrire cette chanson] était la seule façon que j’avais trouvée pour exprimer ce que je ressentais. Je l’avais écrite dans le studio de Marc Déry à l’époque, au piano. J’écoutais beaucoup de Sarah McLachlan, Paula Cole, Ani DiFranco. C’étaient mes inspirations, très à fleur de peau. J’étais en tournée l’automne passé et au Texas, ils étaient à interdire l’avortement avec une nouvelle loi. C’est fou comment cette chanson peut rester tristement d’actualité. »


FRACTURE DU CRÂNE

« Ce sont des phrases du domaine public qu’on peut trouver dans des agendas (rires). “L’ouverture de l’esprit n’est pas une fracture du crâne”, ce n’est pas moi qui ai trouvé cette phrase-là. Mais quand je l’ai vue, probablement dans mon agenda de cégep ou d’université, j’ai fait wow ! Après, ça mettait la table pour parler de tous les enjeux sur l’ouverture, la différence et sur l’importance de rester ouvert socialement pour vivre ensemble. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.