/opinion/columnists
Navigation

Bon pour Mélenchon, mauvais pour Macron

Coup d'oeil sur cet article

Les résultats du premier tour des élections législatives en France sont très mauvais pour Emmanuel Macron. 

Selon les projections, après le second tour, son parti, Ensemble, finirait par récolter entre 255 et 295 députés. Il lui en faut 289 pour être majoritaire. 

Il est probable que son parti doive gouverner de manière minoritaire, en s’alliant avec un autre parti. Ceci ne devrait pas être trop difficile.

Mais plusieurs ministres que Macron a nommés dans son cabinet avant les élections pourraient être forcés de démissionner, faute d’être élus au second tour.

Le grand gagnant de ce premier tour est Jean-Luc Mélenchon. Il se retrouve à la tête d’une coalition de gauche, la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), qui, après le second tour, devrait rassembler entre 150 et 190 députés. 

Ces élections législatives pourront donc lui servir de tremplin pour la prochaine élection présidentielle. Il a d’ailleurs revendiqué le poste de premier ministre. Les résultats électoraux ne justifient pas sa nomination, mais cette revendication sert l’image de nouvelle légitimité qu’il a commencé à bâtir.

La partie n’est pas encore gagnée pour Mélenchon. La prochaine présidentielle est loin, et il aura beaucoup à faire pour conserver sa coalition intacte.

  • Écoutez l'édito de Loïc Tassé à l'émission de Benoit Dutrizac diffusée chaque jour en direct 10 h 30 via QUB radio :

Faible participation

Il n’empêche que, malgré des nombres de députés projetés assez différents, Ensemble et la Nupes ont des taux de vote très proches, avec environ 25 % chacun. Mélenchon peut encore ici se réjouir.

Le taux de participation au premier tour semble très faible. Il est possible d’estimer que seuls environ 48 % des électeurs inscrits auraient daigné voter. Ce taux est en baisse depuis 2002. En 1978, près de 85 % des électeurs inscrits allaient voter.

Cette inquiétante désaffection des électeurs est une mauvaise nouvelle pour la démocratie française. 

Pourquoi si peu de gens vont-ils voter ?

En France, il est facile d’aller voter. Les conditions de vote ne sont donc pas en cause. 

De même, Ensemble, plutôt de centre droit, et la Nupes, à gauche, présentaient des plateformes électorales très différentes l’une de l’autre. Il ne s’agit donc pas d’un problème de trop grande proximité entre les programmes des partis.

Pourquoi cette apathie ?  

Encore plus de Loïc Tassé, écoutez son édito diffusé chaque jour en direct 12 h 40 via QUB radio : 

Causes possibles

On pourrait avancer, pour reprendre un titre célèbre du cinéma québécois, que le confort engendre l’indifférence. Pourtant, la situation des Gilets jaunes et l’inflation élevée dont souffre le pays n’ont rien de confortable. 

Le mal semble plus profond. 

Il est peut-être lié au sentiment chez les électeurs que les élus nationaux ne peuvent pas faire grand-chose pour eux. Ceci expliquerait pourquoi le taux de participation à l’élection à la présidence, perçue comme le lieu fort du pouvoir, est beaucoup plus élevé.

Il se peut aussi que d’autres électeurs, de plus en plus désabusés et individualistes, aient fini par conclure que personne sauf eux-mêmes ne pouvait les représenter.

Pourquoi une si faible participation ? La question reste ouverte.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.