/sports/opinion/columnists
Navigation

CF Montréal: enfin de la continuité

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques jours, le CF Montréal a annoncé avoir conservé les services d’Olivier Renard à la tête du département sportif de l’équipe. Il s’agit pour moi de la bonne décision, qui assure ainsi un peu de continuité dans le club, ce qui n’arrive pas assez souvent à Montréal.

Ainsi, Renard pourra continuer d’essayer de matérialiser la vision qu’il a pour cette formation. Et comme dans n’importe quoi dans la vie, ceci peut prendre du temps pour en arriver à l’objectif. 

Pour Renard, ce but ressemble probablement à créer une équipe capable d’obtenir du succès, de produire des jeunes joueurs dans l’Académie et de permettre aux joueurs qui ont de bonnes habiletés de pouvoir espérer évoluer dans des ligues de plus haut niveau dans le futur.

Renard joue un rôle primordial dans la tenue du CF Montréal sur le terrain. Jusqu’à présent, on a vu quelques joueurs de l’Académie rejoindre la première équipe. 

Et il a fait partie de la décision d’amener des gars comme Alistair Johnston, Kamal Miller, Djordje Mihailovic et d’autres. Il s’agit-là de joueurs qui peuvent grandir avec l’équipe, mais également d’athlètes auxquels les fans peuvent s’identifier.

Relation avec l’entraîneur

Les relations qu’il a avec le personnel technique et l’entraîneur sont hyper importantes quand vient le temps de prendre faire un choix. Au final, c’est l’entraîneur qui va utiliser les joueurs comme bon lui semble. 

Renard fournit les outils au coach et c’est à lui de mettre les bonnes personnes aux bons endroits. Ainsi, la collaboration entre les deux, d’un côté philosophique, est extrêmement primordiale.

Un autre chapitre de la grande aventure de l’équipe masculine canadienne, qui participera à la prochaine Coupe du monde de soccer au Qatar, est en train d’être écrit. Et malheureusement, tout n’est pas rose dans les négociations salariales entre les joueurs et Soccer Canada.

J’ai fait partie de ces négociations pour la rémunération des athlètes canadiens dans les années 1990. Nous nous étions posé la question : comment diviser l’argent qui nous était donné par la FIFA ? Dans mon temps, c’était 10 millions $. Aujourd’hui, c’était probablement plus.

Nous avions convenu que les joueurs toucheraient 33 % . Évidemment, ils ont le plus grand mérite parce que ce sont eux qui sont sur le terrain et ils ont droit à cet argent. Mais il faut toujours penser — et j’espère que les deux clans en sont conscients — que cet argent est donné pour plusieurs raisons et devrait être utilisé d’une façon intelligente au bénéfice du soccer canadien.

Penser au développement

J’espère que le développement de ce sport au pays sera au centre de la décision. Il ne faut pas être pingre. Il faut être raisonnable dans tout ça.

J’ai entendu dire que les joueurs demandaient 40 % du magot. Il s’agit-là de rumeurs, cependant. Est-ce que c’est un montant raisonnable ou non ? Bien sûr, tout le monde a droit à son opinion. Mais je crois sincèrement que tous ont droit à leur juste part et qu’il faut agir de manière intelligente.

Les joueurs se sont peut-être renseignés à savoir quelle était la rémunération de leurs homologues d’autres pays. Mais la situation est différente d’une nation à l’autre. Il est important d’en arriver à une conclusion rapidement pour que l’emphase ne soit mise qu’exclusivement sur la préparation de la Coupe du monde.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.