/news/health
Navigation

Recherche: imiter des poissons pour guérir le cœur

Des chercheurs tentent d’apprendre des poissons-zèbres

Ruben Marin Juez
Photo Chantal Poirier Le chercheur du CHU Sainte-Justine Rubén Marín Juez espère trouver une façon d’imiter la capacité des poissons-zèbres à régénérer leurs tissus cardiaques, pour trouver un traitement à des maladies du cœur.

Coup d'oeil sur cet article

Les poissons-zèbres pourraient être la clé pour développer un remède contre des maladies du cœur grâce à leur capacité à régénérer leurs tissus cardiaques, espère un chercheur du CHU Sainte-Justine.

« Ils sont un bon modèle de recherche parce qu’ils peuvent guérir naturellement leur cœur », explique le chercheur Rubén Marín Juez, professeur adjoint à l’Université de Montréal. 

Ces petits poissons communs – que plusieurs familles ont dans leurs aquariums à la maison – possèdent la capacité de régénérer leur cœur après une lésion, au point où en l’espace d’environ trois mois, l’organe n’a plus de trace de blessure. 

Ruben Marin Juez
Photo Chantal Poirier

Le chercheur et son équipe ont découvert que leurs vaisseaux sanguins coronaires, qui comme chez l’humain transportent le sang et les nutriments jusqu’au cœur, sont aussi très activement impliqués dans le processus de régénération. 

Ce sont des « régulateurs actifs », c’est-à-dire qu’ils réagissent instantanément à une blessure en produisant les éléments essentiels à la cicatrisation et à la reconstruction de tissus endommagés.

Trouver la molécule 

Là où cela pourrait devenir intéressant, c’est que l’équipe est ainsi parvenue à identifier une molécule responsable de la guérison, qui pourrait permettre de développer des traitements pour ceux qui souffrent de crise ou d’insuffisance cardiaque. 

Ruben Marin Juez
Photo Chantal Poirier

Car durant une crise cardiaque, qui est provoquée par l’obstruction d’une artère du cœur, de nombreuses cellules meurent parce qu’elles se trouvent privées d’oxygène. C’est l’incapacité du cœur humain à les reconstruire qui peut ensuite mener à une insuffisance cardiaque. 

« La question, c’est pourquoi le cœur humain ne peut pas se régénérer, lui ? [...] Nous ne croyons pas qu’il n’y ait qu’une seule molécule magique qui guérira le cœur, mais que nous pouvons apprendre les étapes pour se régénérer », détaille-t-il. 

En provoquant une légère blessure localisée sur des poissons-zèbres puis en étudiant les différents stades de guérison, Rubén Marín Juez espère mettre le doigt sur une combinaison de facteurs permettant de soigner les patients. 

« Nous voulons apprendre à imiter le poisson-zèbre », poursuit-il. 

Encore du chemin à faire 

Pour l’instant, les résultats sont prometteurs, bien qu’il reste encore du chemin à faire avant d’en arriver à un traitement.

« Il faudra passer par les tests sur les souris, puis les essais cliniques, etc. Ça prend plusieurs années, mais c’est un bon départ », soulève le chercheur.

Ces poissons sont utilisés dans de nombreuses recherches, dont en troubles neurologiques, épilepsie et cancer.  


Les maladies cardiaques sont la principale cause de décès dans le monde avec plus de 9 millions de morts chaque année.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.