/sports/opinion/columnists
Navigation

La pénurie de main-d’œuvre frappe les campings

0616 Cabana
Photo courtoisie, Karl Tremblay En raison du manque de sauveteurs sur plusieurs terrains de camping, les parents devront jouer un rôle de surveillance accrue pour protéger leurs enfants.

Coup d'oeil sur cet article

À l’instar de ce qui se passe dans l’ensemble du milieu touristique, le monde du camping n’échappe pas à la pénurie de main-d’œuvre. On demande aux campeurs de comprendre la situation.

« C’est le cas partout au Québec présentement dans plusieurs domaines, explique le président-directeur général de Camping Québec, Simon Tessier. Comme c’est le cas dans l’industrie touristique en général, le monde du camping subit lui aussi les effets négatifs de la pénurie de main-d’œuvre. Il faut dire honnêtement que dans notre cas, nous avons de la difficulté depuis plusieurs années à recruter des sauveteurs. Toutefois, dans la situation actuelle, ce sont à tous les postes que les propriétaires de camping ont de la difficulté à recruter. On peut penser ici aux postes de préposé à l’accueil, de cuisinier au restaurant, de préposé à l’entretien, tout devient un problème. »

Malgré cette situation qui complique les choses, le PDG souligne qu’il y a un élément qui sauve un peu la donne.

« Ce qui sauve un peu notre industrie c’est que nous avons quand même des travailleurs qui aiment vraiment l’industrie du camping. Ils aiment s’impliquer. Nous avons des campeurs saisonniers qui sont aussi des travailleurs, ce qui fait que nous pouvons avoir des gens sur place qui travaillent. »

DE LA PATIENCE

Devant le manque de main-d’œuvre, les propriétaires peuvent parfois avoir recours à des gens moins expérimentés pour pourvoir certains postes.

« J’en appelle à la patience des campeurs. Parfois, les propriétaires de camping vont devoir engager des gens plus jeunes, qui possèdent moins d’expérience, indique le PDG. J’ai pu le constater moi-même lors de visites sur le terrain. Il est arrivé que j’aie été servi plus ou moins adéquatement. Je demande aux gens de ne pas se choquer parce que ça ne donne rien. Nos gens aimeraient assurer un service avec des gens d’expérience. Toutefois, je crois qu’il faut laisser la chance à ces nouveaux de faire leur place et d’acquérir de l’expérience. Au-delà de toute autre considération, on veut éviter le bris de services. En fin de course, le service ne sera pas si mal, mais encore une fois, je demande aux gens d’être patients et indulgents avec ces nouveaux employés. »

L’inquiétude du manque de personnel touche aussi les sauveteurs, où certains campings, malgré plusieurs annonces d’embauche, vont se retrouver sans surveillants pour leur plan d’eau.

« Il pourrait y avoir des fermetures de plan d’eau durant l’été à certains moments ou des baignades sans surveillance. Nous en appelons aux gens d’être prudents et compréhensifs. Cette situation n’est pas un manque de volonté de la part des propriétaires de terrain de camping. Il y a un vieux proverbe qui dit que quand on veut, on peut, mais dans la situation que l’on parle en ce moment, ce n’est pas le cas. »

Présentement, selon la loi en vigueur, s’il n’y a pas de sauveteur, il faut que le plan d’eau soit fermé, dans n’importe quel type d’établissement. Il est certain qu’il est plutôt difficile de fermer une plage. 

Des rencontres ont lieu actuellement avec les autorités pour discuter du fameux problème de pénurie de sauveteurs et trouver des solutions. Le but premier demeure toutefois d’avoir des plans d’eau sécuritaires.

FAIRE CONNAÎTRE LE TRAVAIL

Pour le PDG, il est difficile de comprendre le manque de travailleurs à certains postes.

« Pour bien comprendre comment la pénurie de main-d’œuvre touche de plein fouet notre milieu, on n’a qu’à penser à des postes comme préposé à l’accueil, un super beau poste, qui demeurent vacants. Certains opérateurs en cherchent toujours présentement. »

Conscient que les gens qui veulent travailler de nombreuses heures par semaine se font de plus en plus rares, Camping Québec a décidé de s’impliquer pour expliquer ce que sont les postes disponibles.

« Nous travaillons à produire du contenu pour valoriser les emplois dans les terrains de camping. Nous avons des attraits importants à faire valoir. Il faut faire connaître cette réalité si on veut que les gens pensent à venir travailler chez nous. Souvent, les gens ne pensent pas à travailler sur un terrain de camping tout simplement parce qu’ils ne sont pas au courant de ce qui les attend. Nous allons offrir des renseignements sur notre site [www.campingquebec.com]. Nous allons aussi donner des outils à nos entrepreneurs pour les aider à faire valoir les emplois dans leur domaine. Personnellement, les expériences que j’ai vécues à travailler sur un terrain de camping sont parmi les plus enrichissantes. »

En terminant, monsieur Tessier a tenu à remercier les gens qui travaillent actuellement sur les terrains de camping. 

Ils représentent un rouage essentiel de l’industrie.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.