/opinion/columnists
Navigation

Trump ne s’en sortira pas toujours

US-POLITICS-TRUMP-NASA
Photo d'archives, AFP L’ex-président américain Donald Trump.

Coup d'oeil sur cet article

Les preuves contre l’ex-président s’accumulent et même s’il parvient à échapper au jugement de la Justice, il n’échappera pas à celui de l’Histoire.

On attendait ces audiences publiques de la commission du Congrès sur les événements du 6 janvier 2021 depuis longtemps.

Des crimes ont été commis dans le cadre des événements du 6 janvier 2021 et le ministère de la Justice américaine a déjà entamé des centaines de poursuites contre les manifestants violents du Capitole. Ceux-ci ont témoigné qu’ils croyaient les mensonges de Donald Trump au sujet de l’élection et qu’ils ont agi à sa demande pour le maintenir en poste.

Reste à savoir si le principal responsable de cet assaut contre la démocratie en subira les conséquences.

Des crimes démontrables

C’est un crime de participer à un complot pour entraver le fonctionnement des institutions démocratiques. C’est ce que Donald Trump a fait, notamment en pressant son vice-président pour qu’il saborde la certification de l’élection.

Les dirigeants des Proud Boys et des Oath Keepers ont été accusés de complot séditieux contre le gouvernement des États-Unis. C’est un crime et les preuves indiquent que Trump y aurait participé.

C’est un crime de faire pression sur un officier électoral pour annuler les votes de milliers de citoyens. C’est ce que Donald Trump a fait avec le secrétaire d’État de Géorgie.

La commission a démontré que Donald Trump savait que ses allégations de fraude étaient fausses. Il a pourtant utilisé ce prétexte mensonger pour extorquer 250 millions $ à ses partisans naïfs. C’est aussi un crime.

Se défilera-t-il encore ?

Donald Trump est depuis longtemps passé maître dans l’art d’éviter les conséquences de ses actes. Il pourrait bien s’en sortir encore cette fois-ci.

Pour éviter les conséquences politiques, il peut compter sur l’aveuglement de ses partisans et la désinformation des médias de droite.

Pour éviter les conséquences juridiques, il peut compter sur le fait que les accusations de complot sont très difficiles à prouver. De plus, à l’instar des chefs mafieux, Trump savait couvrir ses pistes, notamment en détruisant systématiquement presque tous les documents qui passaient entre ses mains à la Maison-Blanche (ce qui, en passant, est aussi un crime).

La prudence de l’Attorney General Merrick Garland est compréhensible, car un procès contre Trump serait hyperpolitisé et les risques de dérapages violents sont réels. Garland attend donc d’avoir une preuve bétonnée avant d’entamer des procédures criminelles, mais ça prendra du temps et les rouages de la politique tournent beaucoup plus vite que ceux de la justice.

Le jugement de l’Histoire

Peu importe les retombées politiques et judiciaires des événements du 6 janvier pour Donald Trump, l’amoncellement de preuves révélées par la commission permet déjà de conclure qu’aux yeux de l’Histoire, il ne s’en tirera pas.

Donald Trump aura été le premier président à tenter d’entraver le transfert pacifique du pouvoir afin de conserver son poste malgré le verdict des urnes. Pour l’ex-président, pour ceux qui ont refusé de le destituer en février 2021, pour ceux qui l’ont appuyé ou protégé depuis lors, et pour ceux qui voteront pour lui ou pour ses apologistes en 2022 et en 2024, le jugement de l’Histoire sera très sévère.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.