/world/america
Navigation

Mexique: Google condamné à payer 245 M$ à un particulier pour «préjudice moral»

Mexique: Google condamné à payer 245 M$ à un particulier pour «préjudice moral»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Google a été condamné au Mexique à payer près de 245 M$ pour «préjudice moral» envers un particulier, a indiqué vendredi le géant américain des moteurs de recherche en annonçant son intention de faire appel. 

• À lire aussi: 1995-2022: un ingénieur érige une tombe pour Internet Explorer

• À lire aussi: L’intelligence artificielle, la mal nommée

• À lire aussi: Voici comment déjouer les programmes malveillants dans vos ordinateurs

Google a été condamné le 13 juin à verser cinq milliards de pesos en faveur de l’avocat Ulrich Richter Morales, son épouse et leur société commune, a indiqué la firme américaine dans une brève déclaration à l’AFP.

Google est accusé «d’avoir supposément toléré et permis la diffusion d’un blogue» portant atteinte à la réputation de l’avocat.

«De nouveau, nous regrettons la condamnation en appel» d’un tribunal civil de Mexico «que nous considérons comme arbitraire, excessive et sans fondement», ajoute Google, qui assure qu’il «se défendra jusqu’en dernier recours, car cet arrêt porte atteinte à la liberté d’expression et à d’autres principes fondamentaux». L’affaire pourrait désormais remonter jusqu’à la Cour suprême.

Le plaignant accuse Google d’avoir permis la diffusion d’un blogue l’impliquant dans des délits présumés de blanchiment d’argent, trafic d’influence et falsification de documents.

«Je suis sans voix. Merci», a commenté ce vendredi sur Twitter l’avocat, auteur de plusieurs livres sur la citoyenneté dont l’un s’intitule Citoyen numérique. Fake news et post-vérité à l’ère d’internet.

Morales Richter affirme avoir demandé depuis 2015 le retrait du blogue à Google.

Il a ensuite porté plainte pour «préjudice moral» et avait déjà gagné en première instance.

Google a déjà fait face à de nombreuses autres plaintes de ce type dans d’autres pays.

La cour fédérale australienne a ordonné au début juin au géant de l’internet de verser plus de 466 000 euros à un homme politique australien qui estimait avoir été diffamé dans des vidéos d’un humoriste hébergées sur YouTube, propriété de Google.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.