/world/middleeast
Navigation

Trois Palestiniens armés tués dans des affrontements avec des soldats israéliens à Jénine

Trois Palestiniens armés tués dans des affrontements avec des soldats israéliens à Jénine
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Trois Palestiniens armés ont été tués vendredi matin et dix autres blessés dans des affrontements avec les forces israéliennes qui menaient une opération dans le secteur de Jénine, bastion des factions armées palestiniennes en Cisjordanie occupée, ont indiqué des responsables. 

Selon l'agence officielle palestinienne, les trois hommes, tous âgés dans la vingtaine, ont été tués alors que les forces israéliennes, qui ont multiplié les opérations dans ce secteur au cours des derniers mois, ont ouvert le feu sur le véhicule dans lequel ils circulaient.

Les trois hommes tués sont Baraa Kamal Lahlouh, Youssef Nasser Salah et Laith Salah Abou Srour, ces deux derniers ayant chacun un frère ayant été tué par le passé dans des affrontements avec les forces israéliennes à Jénine, selon des responsables locaux et l'agence Wafa qui a fait état d'une dizaine de blessés palestiniens vendredi matin à Jénine. 

Un photographe de l'AFP sur place a vu les dépouilles de trois jeunes hommes à la morgue locale et un véhicule blanc criblé d'impact de balles, aux vitres fracassées et avec des nombreuses douilles à ses abords.

De son côté, l'armée israélienne a indiqué dans un communiqué avoir mené une opération dans le secteur de Jénine afin de localiser des armes dans deux lieux différents. Selon l'armée, des soldats ont été la cible de tirs en arrivant sur le premier site et ont ouvert le feu à leur tour, puis ont identifié un véhicule suspect en bordure de route en se rendant au second lieu.

«Des assaillants armés qui étaient dans le véhicule ont commencé à ouvrir le feu sur les soldats qui ont répliqué», a précisé l'armée, indiquant avoir trouvé des armes, dont deux fusils d'assaut M-16, une mitraillette Carlo, des cartouches et une veste militaire sur place après les affrontements.

Jénine après Shireen

L'armée israélienne a multiplié ces dernières semaines les raids dans et autour du camp de Jénine, un bastion des factions armées palestiniennes d'où étaient originaires des auteurs d'attaques récentes en Israël. 

La journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, star de la chaîne panarabe Al-Jazeera avait été tuée par balle le mois dernier à Jénine en marge d'une opération de l'armée israélienne dans ce secteur.  

L'Autorité palestinienne, Al Jazeera et le Qatar, pays où est basé cette chaîne, ont accusé l'armée israélienne d'avoir tué la journaliste. Et différentes enquêtes journalistiques ont aussi pointé dans la direction de l'armée.

Après avoir affirmé dans un premier temps que la reporter --qui portait un gilet pare-balles avec l'inscription "presse" et un casque de reportage lorsqu'elle a été tuée par balle-- avait "probablement" succombé à un tir palestinien, Israël a dit ne pas écarter qu'il puisse s'agir d'un tir provenant des soldats israéliens.

L'armée israélienne n'a pas encore dévoilé les conclusions de son enquête interne sur cette affaire. Jeudi, la police israélienne a annoncé pour sa part avoir conclu l'enquête sur son intervention lors des funérailles de Shireen Abu Akleh. Ces obsèques avaient réuni des milliers de Palestiniens à Jérusalem et ont été marquées par une charge musclée des forces de l'ordre contre le convoi, provoquant un tollé international.

Si la police a bouclé son enquête, elle n'a toutefois pas rendu public son rapport. Le porte-parole du département d'Etat Ned Price a indiqué que son pays souhaitait davantage d'informations sur l'enquête concernant les obsèques. 

«Pour nous, généralement, ces enquêtes - leurs conclusions - sont rendues publiques», a-t-il déclaré, alors que le président américain Joe Biden est attendu à la mi-juillet en Israël et en Cisjordanie. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.