/opinion/columnists
Navigation

Le PCC détourné par les coucous?

Coup d'oeil sur cet article

Brian Mulroney a dit cette semaine qu’il ne reconnaissait plus le parti qu’il avait dirigé pendant 10 ans.

Comment ne pas être d’accord avec lui ?

Sous monsieur Mulroney, le Parti conservateur du Canada était un parti de droite, mais qui gardait les deux pieds sur terre.

Mais avec Pierre Poilievre, qui mène dans la course au leadership, le PCC a largué toutes ses amarres pour se catapulter dans la stratosphère de l’idéologie libertarienne.

On ne déambule plus sur le plancher des vaches, avec monsieur Poilievre ! 

On ne parle plus à monsieur et madame Tout-le-Monde, non !

On flotte dans les altitudes vertigineuses des idées pures, où la cryptomonnaie (une patente à gosse qui est plus volatile qu’une bouteille de nitroglycérine transportée par un triporteur roulant sur le boulevard de la Gappe à Gatineau) est présentée comme le meilleur remède à l’inflation. 

LES FOUS CONTRÔLENT L’ASILE

Les conservateurs tentés par les sirènes, les couleuvres et l’huile de serpent de Pierre Poilievre devraient se faire attacher comme Ulysse sur le pont de son navire et regarder ce qui se passe chez nos voisins du sud.

Pour prendre ses aises dans la Maison-Blanche, qui a été – scandale ! enfer et damnation ! – occupée par un Noir pendant huit ans, le Parti républicain a ouvert grand ses portes aux coucous de tout acabit.

Résultat ? Les fous ont pris le contrôle de l’asile et les républicains de bonne foi, qui croient encore dans la loi, l’ordre et le respect des institutions, se retrouvent otages de sosies de ZZ Top sur l’acide qui croient que les démocrates organisent des messes noires pédophiles dans des sous-sols de pizzéria. 

Si on avait dit ça à Abraham Lincoln, le grand président républicain qui a mis fin à l’esclavage, le pauvre homme se serait acheté un billet de saison au Ford Theater, à Washington. 

En espérant que John Wilkes Booth soit présent tous les soirs dans la salle. 

CAPITAINE CANADA

Ce qui nous amène à la question quiz du jour...

Selon vous, qui sont les plus nombreux au Canada ?

Les gauchistes naïfs qui tripent sur le multiculturalisme rose bonbon de Justin Trudeau (« It’s a small world after all / It’s a small, small world ») ou les libertariens complotistes qui croient que le Canada devrait boycotter le Forum économique mondial de Davos parce que c’est un conventum de milliardaires gauchisants qui préparent en secret le Great Reset, un plan diabolique destiné à abolir la propriété privée et à asservir l’humanité ?

Poser la question, c’est y répondre.

Cela dit, les conservateurs fédéraux sont mal barrés.

Car devant Poilievre, il y a Jean Charest, un grand Canadien qui aime tellement le Canada que lorsqu’il était premier ministre du Québec, il a refusé – comme ses prédécesseurs – de signer et de reconnaître la Constitution canadienne !

Comme Capitaine Canada, disons que les Canadiens ont vu mieux !

Comme si le pape ne croyait pas en l’Évangile !

Mais, bon, au moins, Jean Charest (qu’on entend venir de loin grâce au bruit assourdissant que font les douzaines de casseroles attachées à ses pieds) veut unir les conservateurs et ramener le parti au centre droit, là où il était sous monsieur Mulroney.

Pauvres conservateurs...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.