/misc
Navigation

Tabac, armes à feu: il n’y a rien à faire

FD-OPERATION-TABAC
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Le Journal nous apprenait cette semaine que plus de 1000 tonnes de tabac de contrebande dans 88 camions-remorques ont été livrées à Kahnawake, de septembre 2017 à mai 2019. Ottawa a ainsi perdu plus de 217 millions $ en droits et en taxes fédérales pendant près de deux ans.
 

Vous vous posez sans doute la question: comment se fait-il que les services de police ne soient pas intervenus sur la réserve de Kahnawake, où se trouve la plus grande concentration de fabriques de cigarettes illégales au Canada? La réponse est simple. Les gouvernements, tant à Ottawa qu’à Québec, ont une peur bleue des Mohawks qui peuvent bloquer les ponts de Cornwall et Honoré-Mercier à Montréal. Tout pour éviter une nouvelle crise d’Oka.
 

D’ailleurs, avec un sans-gêne qui ne me surprend pas, des Mohawks de Kahnawake ont forcé récemment la fermeture temporaire du pont Honoré-Mercier lors d'une manifestation contre la loi 96.
 

Pour eux, le français est une langue étrangère. L’anglo-américain est la langue des Mohawks de Kahnawake, qui considèrent la réserve comme un territoire souverain.
 

Solidaires des Anglo-Québécois, ils s’opposent à ce que le Québec demande aux étudiants des cégeps anglophones – que les Mohawks fréquentent –, soit qu'ils suivent trois cours de français, et ils exigent une dérogation à la loi en leur faveur.
 

La SQ, qui a été appelée sur le pont Mercier «pour assurer la sécurité», était dans ses petits souliers. Son porte-parole a tenu à préciser: «En aucun cas nous ne prendrons position dans le litige qui est manifesté en ce moment.»
 

Québec jette de l’argent à l’eau
 

En terminant, la cerise sur le gâteau. Le Québec vient d’octroyer 6,2 millions de dollars sur cinq ans aux Peacekeepers (police mohawk) d'Akwesasne dans sa stratégie de lutte contre la violence armée à Montréal. La plupart des armes utilisées par les gangs de rue passent par cette réserve. On va donc payer les salaires de 5 Peacekeepers. Québec va aussi fournir un nouveau bateau, des véhicules tout-terrains et des motoneiges afin d'interpeller des contrebandiers d’armes à feu.
 

Le fédéral a fait la même chose il y a deux ans. Sans résultat. Les Peacekeepers demandaient une aide financière spéciale d’Ottawa, affirmant ne pas avoir les moyens de s'engager dans la lutte contre le crime organisé. Manifestement, ça n’a rien donné.
 

Questions et prédictions
 

Depuis, disons, les 20 dernières années, les Peacekeepers d’Akwesasne, qui disposent déjà d’une patrouille nautique, ont saisi combien d’armes ou autres marchandises de contrebande? Combien de contrebandiers ont été arrêtés? Je prédis que les résultats pour les cinq années à venir seront à l’avenant, malgré les millions de Québec. L’octroi aurait dû être conditionnel au rendement: on paye en fonction des saisies.
 

Vous vous demandez pourquoi, donc, la SQ et la GRC ne patrouillent pas elles-mêmes dans les eaux autour d’Akwesasne? Encore une fois, parce qu’Ottawa et Québec craignent d’indisposer les Mohawks.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.