/sports/others
Navigation

Benoît Lavoie écrit une page d’histoire

L’ex-patineur devient le premier Québécois élu à la vice-présidence de l’Union internationale de patinage

Benoît Lavoie, de Patinage Canada
Photo courtoisie, Patinage Canada Benoît Lavoie est le nouveau vice-président de l’Union internationale de patinage (ISU).

Coup d'oeil sur cet article

Il y a dix jours, à Phuket (Thaïlande), Benoît Lavoie a écrit une page d’histoire en devenant le premier Québécois et seulement le deuxième Canadien de l’histoire élu à la vice-présidence de l’Union internationale de patinage (ISU) depuis la naissance de l’organisme en 1892.

Impliqué dans le patinage artistique depuis 1988 tout d’abord comme officiel après une carrière de 12 ans comme patineur, Lavoie ne visait pas ce poste prestigieux, du moins à ce moment-ci de sa carrière. Surtout, il ne croyait pas à ses chances d’être élu quand il a finalement décidé de soumettre sa candidature après une discussion avec les dirigeants de Patinage Canada, qui l’ont convaincu de se lancer dans la course.

« Quand j’ai remporté la victoire de façon non équivoque au second tour du scrutin, je ne le réalisais pas et j’étais sous le choc, a raconté celui qui a occupé les fauteuils de président de Patinage Canada de 2006 à 2013 et de vice-président de 2001 à 2006. Ce n’est pas un poste auquel je tenais à tout prix, mais je suis vraiment, vraiment fier. Je suis excellent dans un poste de second et je suis prêt à travailler avec les trois autres candidats à la vice-présidence qui poursuivront comme directeurs au sein du Conseil. »

« Je souhaitais occuper ce poste un jour avant ma retraite du patinage artistique, mais il s’agit néanmoins d’un bon moment puisque je viens de terminer ma carrière au ministère de l’Emploi et de la Solidarité après 35 ans, de poursuivre le natif de Baie-Saint-Paul. J’ai les atouts pour bien jouer ce rôle. Je possède les connaissances techniques ; je suis très à l’écoute ; je suis un gars d’équipe et j’ai beaucoup d’humilité. Je veux faire bouger les choses. »

Jeux de coulisses

Comme pour toute élection de ce genre, la politique joue un rôle déterminant. Les alliances se forment pour mousser la candidature d’un candidat en échange d’un appui pour un autre poste. Lavoie a eu droit à toute une surprise.

« Je n’ai jamais vu les Asiatiques ne pas appuyer un de leurs candidats, a expliqué celui qui a été élu pour la première fois au sein du conseil en 2016 avec un mandat de deux ans. Ils ont mis toute leur énergie pour permettre l’élection du Sud-Coréen Kim Jae-youl au poste de président et ils ont sacrifié le Japonais Tatsuro Matsumura dans la course à la vice-présidence. Je me suis faufilé. Un Coréen dans les hautes instances du Comité international olympique [CIO] m’avait assuré que j’obtiendrais les 33 votes des Asiatiques, mais je ne l’ai pas cru immédiatement. Il avait raison. »

De leur côté, les Américains se sont rangés dans le camp du Japonais parce qu’ils ne voulaient pas nuire aux chances de leur candidate Patricia St. Peter à la présidence. Il était inimaginable que deux Nord-Américains se retrouvent à la tête de l’ISU. Les Russes ne voulaient rien savoir eux non plus du candidat canadien parce que Lavoie avait fait partie du mouvement voulant les exclure du Congrès en raison de l’invasion de l’Ukraine.

« Kim Jae-youl voulait travailler en équipe et il a fait ma campagne, a souligné Lavoie. De mon côté, je n’ai pas fait de campagne. J’ai simplement fait une petite vidéo. J’étais certain de ne pas passer parce que je n’avais pas d’alliance. Je pensais terminer au troisième rang et peut-être en deuxième place si j’étais chanceux. J’étais résigné à ça. »

Refonte du système de notation

Le nouveau président est le premier non-Européen à occuper ce poste.

Juge aux Jeux olympiques de Salt Lake City (2002) et ayant poussé fort pour permettre au couple canadien David Pelletier et Jamie Salé de recevoir la médaille d’or qui leur avait été volée en raison de la collusion entre les juges qui avait favorisé les Russes, Lavoie veut procéder à une nouvelle refonte du système de notation au cours de son mandat de quatre ans, afin de rendre les résultats le plus objectifs possible.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.