/news/currentevents
Navigation

Crise du logement: des locataires floués par des fraudeurs sans scrupules

Des personnes à la recherche d’un toit sont victimes de fraude par l’entremise de petites annonces

Victime de fraudeurs de locataires
Photo courtoisie Jennyfer Laforge et ses trois enfants ont perdu 1200 $ en raison d’un fraudeur qui leur offrait une maison à louer en Beauce.

Coup d'oeil sur cet article

Des Québécois dénoncent les fraudeurs sans scrupules qui profitent de la crise du logement pour dérober l’argent des locataires vulnérables et désespérés de trouver un toit avant le 1er juillet. 

• À lire aussi: Pénurie de logements: besoin de 110 000 logis de plus et de toute urgence

«J’étais découragé de trouver une place depuis 6 mois. J’ai mordu à l’hameçon. La moitié des annonces que je regarde maintenant sur Facebook Marketplace, ce sont des fraudeurs. C’est horrible», lance avec colère Robin Lefrançois.

Robin Lefrançois, qui se cherchait un logement à Laval, a perdu 900 $ à cause d’une arnaque en ligne.
Photo courtoisie
Robin Lefrançois, qui se cherchait un logement à Laval, a perdu 900 $ à cause d’une arnaque en ligne.

Ce résident de Laval croyait avoir trouvé la perle rare sur un site de petites annonces en ligne. Une Ontarienne nommée Angela Ménard lui offrait un logement à côté de chez sa mère où il pouvait emménager avec ses chats. 

  • Écoutez Felix Séguin au micro de Yasmine Abdefadel sur QUB radio :

Disparue avec le dépôt 

Seul hic, cette dame demandait un dépôt de 900 $ pour s’assurer que l’homme allait se présenter à la visite du logement à Laval. 

«On échangeait sur Facebook. Ce sont de vrais humains qui écrivaient. J’ai envoyé l’argent, sans donner la réponse secrète au virement Interac. Ils ont été capables d’encaisser le 900 $ sans la réponse. L’arnaque est bien montée», prévient M. Lefrançois.  

Il confie qu’il n’a plus que deux semaines désormais pour se trouver un logement avant le 1er juillet. 

Le Journal a trouvé facilement une dizaine de locataires comme M. Lefrançois, de partout au Québec, qui ont été victimes d’arnaques ce mois-ci.

Fille malvoyante 

C’est le cas aussi de Jennyfer Laforge, une mère monoparentale de trois jeunes enfants en Beauce. Elle cherche sans relâche une maison qui sera adaptée pour sa fille de six ans, qui est malvoyante et atteinte du syndrome de Moebius, notamment caractérisé par une paralysie faciale. 

«La maison à louer était parfaite pour nous et située en Beauce. Le supposé propriétaire me disait qu’il habitait à Montréal et demandait le premier mois de loyer de 1200 $. C’était pour être certain que je n’allais pas lui faire faux bond», raconte Mme Laforge. 

La mère de famille a donc accepté de lui transférer le dépôt. Par la suite, elle a réalisé que la maison n’était pas à louer, mais bien à vendre par un agent immobilier. L’annonce sur Facebook Marketplace était donc fausse. Jennyfer Laforge a réalisé à ce moment-là qu’on venait de lui dérober 1200 $. 

«Les policiers et la banque me disent qu’ils ne peuvent rien faire. Je suis découragée. C’est fâchant parce que c’est de l’argent que tu ne revois jamais. Je suis mère monoparentale. Avec l’inflation et le prix du gaz aussi, tout coûte plus cher. Je n’avais pas besoin de ça. Mon rêve d’avoir cette maison a brisé», se désole-t-elle.  

Fraudeur depuis 10 ans

Stéphanie Séguin et sa fillette ont aussi été fraudées pour 800 $ en donnant un dépôt pour un appartement à Gatineau.
Photo courtoisie
Stéphanie Séguin et sa fillette ont aussi été fraudées pour 800 $ en donnant un dépôt pour un appartement à Gatineau.

Stéphanie Séguin a elle aussi perdu 800 $ en donnant un dépôt pour un logement qui était situé à Gatineau. Le fraudeur a utilisé le même stratagème avec elle. 

«J’ai essayé de le confronter, mais on m’a dit : “Bonne chance pour me retrouver, ça fait 10 ans que je fais ça”. [...] Quand j’ai su qu’on m’avait fraudée, j’ai pleuré. C’était toutes mes économies. Une chance que ma famille m’a aidée après», explique Mme Séguin, mère d’une fillette de 10 ans.


♦ Rappelons que selon le Tribunal administratif du logement, un propriétaire ne peut exiger de versement dépassant un mois de loyer ni exiger des sommes additionnelles à titre de dépôt de garantie ou autre, par exemple, pour assurer la remise des clés. 

Stratagèmes des fraudeurs de locataires       

  • Un locateur se trouve à l’étranger au moment de la location. Il demande donc qu’une somme d’argent lui soit versée par virement électronique en guise de dépôt de sécurité.   
  • Un locateur ne voulant pas se déplacer pour rien, il demande un dépôt par virement électronique avant de faire visiter les lieux.    
  • En moyenne, les fraudeurs exigent de leurs victimes des dépôts d’un ou deux mois de loyer, soit des sommes de 500 $ à 1200 $, dépendamment des appartements.    
  • Peu importe le prétexte évoqué, un montant d’argent est toujours exigé.       

Source : Service de police de la Ville de Montréal

Comment détecter l’arnaque?       

  • L’adresse d’un logement à louer devrait être indiquée dans l’annonce.   
  • En recherchant sur internet l’adresse du logement à louer, il est possible de voir si des internautes ont été victimes de fraude.     
  • Entrez l’adresse de l’immeuble dans Google Maps et comparez certains éléments architecturaux.    
  • Un locateur devrait pouvoir être joint par téléphone, pas seulement par courriel.    
  • Visitez l’appartement avant de signer le bail.    
  • Si une offre semble trop belle pour être vraie, c’est probablement une fraude.      
Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.