/finance/business
Navigation

L’usine IBM de Bromont fête ses 50 ans

Chaque serveur produit par IBM contient au moins une composante assemblée et testée en sol québécois

visite usine IBM
Photo Chantal Poirier En 2022, ce sont 100 000 modules de microprocesseurs qui sortent chaque semaine de l’usine, grâce à des employés comme Manon Brodeur.

Coup d'oeil sur cet article

Une usine de microprocesseurs de 1,2 milliard de dollars du géant américain IBM, qui compte 1000 employés et fabrique chaque semaine à Bromont 100 000 modules à l’abri des regards, a célébré son 50e anniversaire, hier. 

« Les processus d’IBM sont très robustes pour pallier ces menaces-là », répond du tac au tac au Journal Stéphane Tremblay, directeur en chef de l’usine, quand on lui demande si l’usine attire l’attention des puissances étrangères.

Stéphane 
Tremblay.
Directeur en
chef de l’usine
Photo Chantal Poirier
Stéphane Tremblay. Directeur en chef de l’usine

« On a une centaine de brevets, qui ont été développés ici ces dix dernières années », ajoute celui qui a gravi les échelons un à un depuis 31 ans.

Hier, la multinationale IBM a invité dignitaires et médias à une visite soigneusement orchestrée pour marquer le 50e anniversaire de l’usine.

Pendant quelques années, à partir de 1975, des machines à écrire électriques y étaient fabriquées.
Photo courtoisie
Pendant quelques années, à partir de 1975, des machines à écrire électriques y étaient fabriquées.

Cinq fois plus d’employés

Ouverte en 1972 avec 200 employés, l’usine de Bromont fabriquait au départ des circuits intégrés. 

Elle a quintuplé depuis son nombre d’employés et arrive à assembler quelque 20 000 semi-conducteurs par jour en Estrie.

« C’est l’usine de Gaulois dans un contexte mondial où les microprocesseurs et les puces sont en grande partie fabriqués en Europe, même en Asie », a illustré au Journal, François Bonnardel, député de Granby et ministre des Transports.

Hautement stratégique

Alors que la pénurie de microprocesseurs ralentit des secteurs comme celui de l’automobile, les États-Unis font des pieds et des mains pour relancer l’industrie chez eux plutôt que de dépendre de l’Asie. 

En début d’année, le président américain, Joe Biden, a annoncé avec Intel un investissement de 20 milliards de dollars pour faire des puces électroniques au pays.

Le chantier de l’usine, au début des années 1970. Lors de l’inauguration, en 1972, ce sont des circuits intégrés qui étaient assemblés.
Photo courtoisie
Le chantier de l’usine, au début des années 1970. Lors de l’inauguration, en 1972, ce sont des circuits intégrés qui étaient assemblés.

L’an dernier, Joe Biden avait même rencontré le président sud-coréen, Moon Jae-in, pour que les deux pays réduisent leur dépendance aux Chinois.

Pour les États-Unis, l’usine québécoise d’IBM est donc stratégique.

Lorsque l’on arpente ses couloirs, rien n’est laissé au hasard. 

Environnement contrôlé

Des employés travaillent 24 heures sur 24 dans un environnement hautement contrôlé.

« Les employés portent un masque parce que même un postillon peut être suffisant pour endommager la pièce. On veut faire très attention », explique aux visiteurs Fréderic Tracey, directeur des ressources humaines.

Dans certaines salles, le plancher est surélevé pour garder de l’espace en dessous des machines pour pouvoir les refroidir sans arrêt.

L’air et la lumière sont mesurés. Les pièces sont manipulées avec le plus grand soin au sortir des machines ultras sophistiquées.

Mais en pleine pénurie de main-d’œuvre, l’usine ne fait pas exception et a besoin d’une quarantaine d’employés de plus pour accélérer la cadence.

Pour les attirer, IBM propose des bonis, un gymnase et de bonnes conditions travail-famille. Des dessins des enfants d’employés ornent les couloirs.

« À l’opération, on commence à 22 dollars l’heure, plus les primes qui sont avantageuses », souffle Fréderic Tracey.

En français

Croisée lors de la visite, Manon Brodeur, opératrice depuis 37 ans, n’avait que de bons mots pour l’entreprise. « C’est beaucoup en français », répond-elle lorsque lui demande quelle est la langue du travail.

À deux pas d’elle, Luc Alain, chef d’équipe, à l’usine depuis 29 ans, abonde dans le même sens. « Tout se passe en français ici », conclut-il.

Depuis 2001, Investissement Québec a octroyé plus de 8,2 millions de dollars de contribution financière non remboursable à IBM Canada. 

  • En février dernier, Québec a annoncé une aide financière de 68 millions de dollars pour un ordinateur quantique d’IBM de 130,5 millions de dollars, à Bromont. 
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.