/news/currentevents
Navigation

Agressée sexuellement par son frère, elle est mise à l’écart par la famille

dépression agression sexuelle femme seule triste bloc
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Une adolescente de 15 ans qui s’est fait agresser sexuellement par son frère doit vivre avec le poids de ne pas être crue par ses proches et la culpabilité d’avoir fait éclater sa famille, même si c’est l’accusé qui a été condamné à quatre ans et demi de prison.

• À lire aussi: Agressions sexuelles: la prison pour André Boisclair

• À lire aussi: Violence sexuelle: Québec mise sur la formation et la sensibilisation

«S’il y avait une seule chose que la victime devait retenir de la présente décision, c’est qu’elle n’a aucune responsabilité dans les gestes que l’accusé lui a fait vivre et les conséquences provoquées au sein de sa famille. Le tribunal souhaite que la victime ne l’oublie pas.» C’est en ces mots que la juge Hélène Bouillon a tenu à s’exprimer directement à la victime après avoir prononcé une peine de 4 ans et demi à l’accusé. 

Car la victime a vu tous ses proches l’abandonner depuis le jour où elle a dénoncé son frère pour une agression sexuelle. En novembre 2017, l’adolescente revenait à la maison après une absence de trois mois. 

Très proche de son frère de 26 ans, la victime était particulièrement heureuse de le revoir en novembre 2017, après une absence de trois mois, et ceux-ci avaient passé la soirée à jouer à des jeux vidéo jusqu’à ce que son aîné lui parle de sexe. L’homme, qui ne peut être nommé pour protéger l’identité de la victime, avait ensuite initié des contacts sexuels sur ses parties intimes, avait incité sa sœur à le masturber, puis baissé ses culottes pour tenter de la pénétrer.  

La victime tentait de s’esquiver jusqu’à ce que l’accusé mette fin à ses gestes. Son frère s’était ensuite excusé en faisant valoir qu’elle était «la sœur qu’il aime un peu beaucoup trop» en lui faisant promettre de garder ce secret pour elle. 

L’accusé plutôt que la victime

L’adolescente, qui s’est sentie «dégueulasse» après les gestes, a rapidement dénoncé son frère aux autorités. Ce dernier n’a jamais reconnu les faits, et sa famille s’est rangée de son côté plutôt que d’appuyer l’adolescente.  

Cette dernière n’a plus participé aux Fêtes de Noël familiales, a été mise à l’écart lors de funérailles, a «perdu l’amour» de son grand-père et devait se présenter seule au palais de justice devant sa mère et son frère. La courageuse jeune femme a tout de même été crue par la juge Hélène Bouillon, qui a déclaré son frère coupable.    

La juge a d’ailleurs été très sévère à l’endroit du comportement de l’accusé, maintenant âgé de 30 ans, avant de le condamner à une peine de 4 ans et demi de pénitencier. Malgré les difficultés vécues par la victime, la juge a tenu à rappeler qu’elle avait fait la bonne chose.  

«Espérons que les sentiments de honte et de culpabilité actuellement présents soient remplacés par le sentiment d’avoir fait la seule chose qu’elle devait faire, soit dénoncer malgré toutes les difficultés rencontrées», a conclu le tribunal.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.