/sports/racing
Navigation

FINA : Les blessures ne freinent pas les ardeurs des nageuses artistiques canadiennes

FINA : Les blessures ne freinent pas les ardeurs des nageuses artistiques canadiennes
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

Coup d'oeil sur cet article

(Sportcom) – Les nageuses artistiques canadiennes participaient à une première finale en équipe aux Championnats du monde de la FINA, à Budapest, en Hongrie, mardi. Septièmes en qualification à l’épreuve technique, les représentantes de l’unifolié ont pris le huitième rang de la finale avec un pointage de 84,4871.

• À lire aussi: «Je ne peux pas être fâchée contre moi-même» – Mary-Sophie Harvey

L’équipe canadienne a dû composer avec des changements de dernière heure avant la finale. Alicia Rehel s’est blessée durant la période d’échauffement, 90 minutes avant le début de leur routine.

«Ç’a été une journée assez particulière. Avec les blessures, on n’a pas nagé avec notre équipe habituelle. Ça change la préparation, on doit se réajuster rapidement. On était prêtes pour toutes les éventualités. On est une équipe très résiliente et on a bien su répondre aux imprévus», a commenté Audrey Lamothe en entrevue avec Sportcom.

«On voulait se concentrer sur notre performance et non sur la place au classement. On a fait la meilleure nage possible dans ces circonstances particulières.»

Raphaëlle Plante a d’ailleurs été appelée en renfort pour la finale. Sydney Carroll, Scarlett Finn, Laurianne Imbeau et Kiara Quieti étaient les autres Québécoises en action avec le Canada lors de l’épreuve ultime.

Les représentantes de la Chine ont remporté les grands honneurs de cette finale avec 94,7207 points. Les Japonaises (92,2261) et les Italiennes (91,0191) ont suivi, dans l’ordre, sur le podium.

Des huit participantes canadiennes à la compétition mardi, seule la Saskatchewanaise Kenzie Priddell avait déjà vécu l’expérience des Championnats du monde de la FINA. Malgré la jeunesse de la formation, ce n’était pas la nervosité, mais bien une fébrilité qui régnait lors de la préparation avant la finale.

«Je ne veux pas parler pour toutes mes coéquipières, mais je sentais une certaine excitation à l’idée de pouvoir briller et prendre part à cette finale. Il n’y avait pas nécessairement de stress dans l’air avant la performance malgré les changements de dernières minutes», a expliqué Lamothe.

Les nageuses canadiennes auront la chance de participer à une autre épreuve vendredi avec la présentation du programme libre en équipe où elles voudront une fois de plus se concentrer sur leur travail d’équipe, plutôt que de se fixer un objectif de résultat.

De son côté, Audrey Lamothe prendra part à la finale libre en solo dès mercredi. Son but d’attendre la finale dans cette discipline étant réalisé, elle voudra maintenant profiter de l’expérience d’une deuxième finale individuelle à ces Championnats du monde après celle en solo technique.

«Je voulais livrer de bonnes performances en individuel également. Je suis extrêmement contente du travail accompli. J’ai réussi à me classer neuvième en qualification pour le programme libre. Ce sera déjà une troisième finale pour moi et je suis très fière de ça», a-t-elle conclu.

Un autre relais pour Katerine Savard

La Québécoise Katerine Savard était de retour en action aux Championnats du monde de la FINA pour participer à une troisième épreuve. Après le 100 m papillon et le 4 x 100 m libre, la nageuse de 29 ans s’attaquait maintenant au relais mixte 4 x 100 m libre en compagnie de Javier Acevedo, Rachel Nicol et Yuri Kisil.

Le quatuor canadien n’a pas réussi à faire mieux que le cinquième rang de sa vague et n’a pas été en mesure de se qualifier pour la finale qui a été remportée par les Américains.

Avec sa médaille remportée au relais féminin 4 x 100 m libre samedi, la première de sa carrière aux Championnats du monde en grand bassin, Savard est devenue la première Québécoise à avoir gagné au moins une médaille dans tous les types de compétitions sur la scène internationale.

Water-polo : Dur début de tournoi pour les Canadiens

La formation masculine de water-polo du Canada avait la lourde tâche d’affronter les puissants Espagnols en lever de rideau aux Championnats du monde de la FINA. Les Canadiens ont réussi à contenir les attaques adverses jusqu’au milieu du deuxième quart, s’inclinant finalement au compte de 19-2.

Nicolas Constantin-Bicari et Reuel D’Souza ont été les deux marqueurs pour la formation canadienne qui a dirigé 19 tirs sur la cage du gardien Unai Aguirre. Felipe Perrone Rocha a été la vedette offensive du côté espagnol avec ses cinq buts.

Jérémie Blanchard, Jérémie Côté, Aleksa Gardijan et Aria Soleimanipak étaient les autres Québécois en uniforme dans la formation canadienne.

Le Canada affrontera l’Italie à son prochain duel jeudi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.