/portemonnaie
Navigation

Ralentissement et inflation: le Canada pourrait tomber en stagflation et c’est une mauvaise nouvelle

Ralentissement et inflation: le Canada pourrait tomber en stagflation et c’est une mauvaise nouvelle
Photo tirée de Flickr

Coup d'oeil sur cet article

Combinez ralentissement économique et inflation élevée, et vous obtiendrez la stagflation: un scénario économique «peu souhaitable» qui guette le Canada, une première en 40 ans. Pour y voir plus clair, un économiste répond à nos questions sur le phénomène.

• À lire aussi: Voici pourquoi le poulet rôti pourrait être un des seuls aliments à résister à l'inflation

• À lire aussi: Hausse des taux d’intérêt: les nouveaux acheteurs ont-ils raison de s’inquiéter ?

1- C’est quoi, au juste, la stagflation?  

C’est un mot-valise formé des mots «stagnation» et «inflation». En gros, c’est un phénomène économique qui combine deux états: une inflation élevée couplée à une croissance économique très faible, voire négative – et parfois même une récession –, explique Benoit Durocher, économiste principal chez Desjardins. 

Concrètement, ça signifie que la consommation est freinée, moins d’emplois sont créés, le taux de chômage peut connaître une croissance, mais les prix demeurent élevés et peuvent même continuer d’augmenter. C’est une situation économique «peu souhaitable», selon l’expert.

La dernière fois qu’on a vécu une stagflation, c’est dans les années 1970. Mais gare à celui qui serait tenté de comparer les deux époques, prévient l’économiste. La situation actuelle découle largement de la pandémie, alors qu’il y a 40 ans, la stagflation découlait de causes économiques et financières.

«Aujourd’hui, on n’est pas dans une situation normale, dit-il. On sort d’une pandémie, ce qui est hors du commun, et cette pandémie a eu des ramifications économiques importantes, pour lesquelles on subit encore des répercussions, dont l’inflation très élevée.»

• À lire aussi: L’inflation aurait atteint «son niveau le plus élevé»

Même si elle reconnaît qu’il y a des différences, la Banque mondiale a néanmoins soulevé certaines similitudes entre les conditions économiques actuelles et celles des années 1970 dans un rapport. 

Comme il y a 40 ans, on retrouve des «perturbations persistantes de l’offre qui alimentent l’inflation, précédées d’une période prolongée de politique monétaire très accommodante dans les principales économiques avancées» et «des projections de ralentissement de la croissance», notamment. 

2- Quelles sont les conséquences de la stagflation?  

C’est principalement la partie «inflation» de la stagflation qui a des conséquences sur le portefeuille des Canadiens. Et les conséquences de l’inflation, on les connaît: tout coûte plus cher. 

Par ailleurs, comme les salaires n’augmentent pas au même rythme que l’inflation, selon Statistique Canada, notre pouvoir d’achat diminue.

3- Combien de temps ça dure?  

Comme il s’agit d’un phénomène rare, difficile de se baser sur d’autres périodes de stagflation pour déterminer combien de temps elle pourrait durer si le Canada devait la subir, note Benoit Durocher. 

• À lire aussi: Les solutions à l'inflation de divers pays à travers le monde

La dernière fois qu’on a vécu une telle situation, la stagflation s’est prolongée jusqu’au début des années 1980, après que les banques centrales eurent augmenté agressivement les taux d’intérêt, ce qui a réduit la pression inflationniste. 

4- Quel est le risque que le Canada entre en stagflation?  

Les économistes ne s’entendent pas sur la réponse. Pour Benoit Durocher, le risque est «relativement élevé». «Ce n’est pas le scénario le plus probable, mais il y a un risque important qu’on tombe en stagflation.»

Les banques centrales augmentent les taux pour tenter de freiner l’ennemi: l’inflation. Mais si cette dernière s’avère plus résiliente que prévu, une hausse agressive des taux pourrait «avoir des répercussions un peu plus profondes pour la croissance économique», affirme l’économiste. On pourrait donc entrer en stagflation.

• À lire aussi: Quel est le lien entre le taux directeur et l’inflation?

Or, dans une récente allocution, le sous-gouverneur de la Banque du Canada Toni Gravelle a plutôt assuré que le faible taux de chômage et les fortes perspectives de croissance économique nous permettent d’éviter le pire.

«Compte tenu de la situation actuelle, nous ne voyons pas la partie stagnante de la stagflation, bien au contraire», a-t-il dit.

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.