/sports/soccer/cf-montreal
Navigation

Une dent ou deux contre Toronto

Coup d'oeil sur cet article

Alistair Johnston est parti de Montréal quand il n’avait que sept ans, mais il a grandi dans la région de Toronto. Ce match est donc très spécial pour lui.

• À lire aussi: Soccer: à une victoire de la finale

« C’est fou, je suis ici depuis six mois et on n’a pas encore affronté Toronto. Je suis évidemment très fébrile parce que je suis de Toronto. J’ai vu la rivalité de loin en grandissant. »

Il a toutefois précisé, mardi matin, qu’il n’a jamais été un partisan du Toronto FC.

« Ça vient du fait qu’ils ont toujours levé le nez sur moi au niveau de leur académie.

« Quand j’étais jeune, je voulais surtout voir des matchs avec de hauts pointages, des parties divertissantes. »

Rage au cœur

Johnston reconnaît qu’il va jouer cette rencontre avec une certaine rage au cœur.

Et c’est encore plus vrai parce que la rencontre est disputée au BMO Field, à moins de 60 kilomètres de la résidence familiale à Aurora, dans la banlieue nord de Toronto.

« Pour tous ceux qui ont grandi dans la région de Toronto et qui n’ont pas eu leur chance avec l’académie de TFC, c’est gros de revenir à la maison contre l’équipe qui ne nous a pas donné de chance ou qui ne pensait pas que nous étions assez bons.

« Je pense à moi, Kamal Miller et Dayne St. Clair, par exemple. Pour nous, ça nous donne un peu d’essence parce qu’on veut leur faire payer pour nous avoir laissés de côté. »

Laissés pour compte

Johnston en a profité pour décocher une flèche au Toronto FC, qui n’a pas brillé pour la qualité de sa détection dans les quinze dernières années.

« C’est arrivé souvent, on le voit avec l’équipe nationale où on retrouve beaucoup de joueurs de la région de Toronto, mais très peu qui ont grandi dans l’académie du Toronto FC.

« Nous l’avons tous sur le cœur parce que ça n’a pas été facile pour nous, mais ça nous a aidés dans nos carrières. Nous avons dû emprunter des chemins différents, notamment les universités américaines, comme ç’a été le cas pour Kamal et moi. »

Parmi les Ontariens de la région de Toronto qui sont au sein de la sélection masculine qui n’ont pas joué avec l’académie du TFC, on retrouve Johnston, Miller, St. Clair, Tajon Buchanan, Richie Laryea et Cyle Larin, pour ne nommer que ceux-ci.

On va donner une chance au club torontois et ne pas inclure Jonathan David, puisqu’il est originaire d’Ottawa.

On pourrait croire que Jonathan Osorio est un produit de l’académie de TFC, mais non. Il a été invité à s’y entraîner, mais n’en a pas fait partie.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.