/finance
Navigation

La piste de l’aéroport des Îles-de-la-Madeleine freine le développement

La piste de l’aéroport des Îles-de-la-Madeleine freine le développement

Coup d'oeil sur cet article

Les industriels de la pêche réclament le prolongement de la piste principale de l’aéroport des Îles-de-la-Madeleine pour développer l’exportation du homard vivant. 

Pour l’instant, la Coop des pêcheurs de Cap Dauphin a plus de demandes que d’offre pour le produit qu’elle expédie en vrac par camion, vers les Maritimes et la Nouvelle-Angleterre. 

Mais sa directrice générale, Ruth Taker, anticipe des difficultés à approvisionner ces marchés dans le futur en raison de la pénurie de main-d’œuvre et du manque de relève dans l’industrie du camionnage.

Aussi planifie-t-elle investir dans une chaîne mécanisée de classement du homard selon son poids, afin de répondre aux exigences de nouveaux marchés plus lucratifs tels que Toronto et Vancouver. 

«C’est un projet d’investissement d’environ 400 000 $, a-t-elle souligné. Mais pour justifier une telle dépense, il nous faut d’abord une piste d’aéroport capable d’accueillir de gros avions-cargos.»

Le directeur général de l’Association québécoise de l’industrie de la pêche (AQIP), Jean-Paul Gagné, lui donne raison. 

Fort d’une nouvelle étude sur les perspectives de marché du homard en Ontario, publiée le mois dernier par Papilles développement, il note que la demande des consommateurs a doublé à Toronto entre 2019 et 2021. 

«Le MAPAQ (ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec), qui a payé une partie de notre étude, est prêt à supporter le développement du marché de Toronto, a affirmé M. Gagné. On parle d’un projet de 700 000$, 800 000$ sur une période de trois ans. [...] Mais là, tout est sur la glace, tant qu’il n’y a pas de piste d’atterrissage ou de solution pour le transport aérien.»

Les acheteurs de homard ont versé plus de 102 millions $ aux pêcheurs madelinots, l’an dernier. 

«C’est important pour les Îles, a insisté le directeur général de l’AQIP. Alors, quand bien même que ça coûterait 10 millions $ pour la piste, étalé sur une dizaine d’années, je pense qu’il y aurait un retour d’investissement intéressant.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.