/sports/tennis
Navigation

Le coaching depuis les gradins à l’essai

Il sera autorisé sur l’ATP après le tournoi de Wimbledon

TENNIS-MONTECARLO/
Photo REUTERS Stefanos Tsitsipas célèbre sa victoire à Monte-Carlo avec son père et coach, Apostolos, en avril dernier.

Coup d'oeil sur cet article

L’ATP a annoncé mardi qu’elle mettrait à l’essai après Wimbledon le coaching depuis les estrades, notamment durant l’Omnium Banque National de Montréal en août, ce qui constitue une petite révolution dans l’univers puriste du tennis. 

À partir du 11 juillet et jusqu’au Masters de fin de saison, les entraîneurs seront autorisés à donner des conseils en plein match, ce qui était jusqu’à maintenant strictement interdit sur le circuit masculin, à l’exception de quelques tournois, dont la Coupe Davis. 

Mais tant le joueur que son entraîneur seront soumis à des règles strictes :

  • Le coach qui prodigue les conseils devra être assis à un endroit précis dans les gradins ;
  • Les directives verbales seront seulement autorisées lorsque le joueur se trouve du même côté du terrain que son entraîneur. Elles devront se limiter à quelques mots, les conversations seront prohibées ;
  • Les signaux non verbaux – comme les gestes de la main – seront permis à tout moment ;
  • Si le joueur doit quitter le terrain durant le match, l’entraîneur n’a pas le droit de lui parler.

Tout athlète ou entraîneur qui contreviendra à l’une de ces règles sera passible d’un avertissement ou même d’une amende, dont le montant n’a pas encore été dévoilé par l’ATP. 

Déjà sur la WTA

Fini, donc, les controverses liées à des gestes mimés en douce depuis les gradins. Ces mesures sont déjà en place depuis deux ans sur la WTA, pendant féminin de l’ATP. 

Les mauvaises langues diront que cette nouvelle règle, qui sera réévaluée au terme de la présente saison, fera le bonheur du clan du Grec Stefanos Tsitsipas. 

Le sixième mondial a reçu plusieurs avertissements pour « coaching » au cours des dernières saisons, et notamment en finale au Masters de Monte-Carlo, en avril. 

« En plus d’assurer une constance dans notre sport au bénéfice de nos joueurs et des fans, cet essai a pour but de créer plus d’intrigues durant les matchs », a expliqué le circuit masculin dans un communiqué de presse, mardi.

  • À Bad Homburg, la Canadienne Bianca Andreescu a facilement passé le premier tour face à l’Italienne Martina Trevisan, en deux manches de 6-3 et 6-1, mardi. Sa compatriote Rebecca Marino n’a pas connu le même succès à Eastbourne, où elle est tombée au deuxième tour devant l’Italienne Camila Giorgi (7-5 et 6-4).
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.