/sports/hockey
Navigation

Les 50 ans des Nordiques et de l’AMH célébrés

Des festivités sont prévues à Québec du 30 septembre au 2 octobre

Coup d'oeil sur cet article

En 1972, les Nordiques donnaient leurs premiers coups de patin dans l’Association mondiale de hockey (AMH). Ce pan de mur important de l’histoire sportive de Québec sera souligné en grande pompe du 30 septembre au 2 octobre prochain, en présence de quelques dizaines d’anciens joueurs marquants du circuit maudit. 

• À lire aussi: «Je me rends compte que c’était une grande personne»

• À lire aussi: Deux exemples de bonne gestion

• À lire aussi: Pour Sakic, MacKinnon «est déjà l’un des grands»

Des membres des Nordiques comme Marc Tardif, Réal Cloutier, François Lacombe, Serge Bernier, Richard Brodeur ainsi que Christian et Paulin Bordeleau ont déjà confirmé leur présence, tout comme certaines vedettes d’autres formations de l’AMH, comme le légendaire Bobby Hull, André Lacroix et Steve Carlson (des frères Hanson du film Slap Shot).

L’annonce de la tenue de l’événement a été faite au Stade Canac, avec de nombreux chandails du circuit rebelle en trame de fond.

« Grâce à l’AMH, il y a eu les Nordiques et ensuite la fusion avec la LNH. Cette ligue, il faut en parler. »

« Elle a eu un grand impact dans le monde du hockey professionnel avec une soixantaine de joueurs de la LNH qui ont choisi de signer avec des clubs de l’AMH aux débuts du circuit. L’AMH a décloisonné le hockey », a lancé Marc Durand, président de la Société d’histoire du sport de la Capitale-Nationale (SHSCN).

Le 50e anniversaire de la naissance de l’AMH et des Nordiques est le fruit d’une collaboration entre (dans l’ordre de gauche à droite) Tek Chher, de TW Sportscards, Pierre-Yves Dumont, membre de la SHSCN, Marc Durand, président de la SHSCN, François Lacombe, ancien Nordiques et président d’honneur, Olivier Bilodeau, président du comité organisateur, ainsi que Benoît Clairoux, du site histoirenordiques.ca.
Photo Stéphane Cadorette
Le 50e anniversaire de la naissance de l’AMH et des Nordiques est le fruit d’une collaboration entre (dans l’ordre de gauche à droite) Tek Chher, de TW Sportscards, Pierre-Yves Dumont, membre de la SHSCN, Marc Durand, président de la SHSCN, François Lacombe, ancien Nordiques et président d’honneur, Olivier Bilodeau, président du comité organisateur, ainsi que Benoît Clairoux, du site histoirenordiques.ca.

Une première

Selon M. Durand et ses acolytes du comité organisateur, Québec serait la seule ville à marquer le 50e anniversaire de l’AMH, qui a été avalée par la fusion de quatre équipes avec la LNH, en 1979.

« Québec était un choix tout naturel. Elle a toujours été une ville importante dans l’AMH. Cette ligue a été oubliée, mais les joueurs sont restés fiers, et personne ne prenait le flambeau nulle part. Peut-être que pour nous, le hockey est plus important qu’ailleurs », a indiqué M. Durand.

Nombreuses activités

Tout au long de la fin de semaine, différentes activités seront organisées, dont des conférences, des séances de signatures, une exposition d’artéfacts du Temple de la renommée du hockey (dont la coupe AVCO), en plus du grand banquet du samedi soir au Château Frontenac, auquel la vente de billets permettra l’accès.

Signe que la nostalgie sera au rendez-vous, le repas du banquet sera le même que celui offert en marge du premier match des étoiles de l’AMH présenté à Québec, en janvier 1973.

Pour un panthéon des sports

Les fonds amassés lors de ces événements serviront au projet que chérit la SHSCN de mettre en place un panthéon des sports de Québec.

« Il s’agira de nos premiers fonds majeurs pour le projet. Il y a des pourparlers avec la Ville de Québec, mais rien de définitif pour l’instant. »  

« Québec est l’une des rares villes en Amérique du Nord où il n’y a pas de panthéon des sports. On doit trouver un endroit pour célébrer nos athlètes », a plaidé M. Durand en citant notamment les Myriam Bédard, Pierre Harvey, Gaétan Boucher et Patrick Roy.

Au cours des prochains mois, d’autres annonces seront faites quant aux joueurs qui seront présents pour le 50e de l’AMH et des Nordiques à Québec.

Des retrouvailles émotives et attendues  

C’est l’ancien défenseur François Lacombe qui sera président d’honneur des festivités entourant le 50e anniversaire de la naissance de l’AMH. Un honneur qui lui est revenu, car il avait marqué le tout premier but de l’histoire des Nordiques à leur premier match à domicile, face aux Oilers de l’Alberta. 

« Disons que je n’avais pas transporté la rondelle d’un bout à l’autre comme Connor McDavid, mais mon lancer, c’était toute une garnotte ! », s’est remémoré Lacombe, toujours pince-sans-rire.

Plus sérieusement, pour d’anciens joueurs comme Lacombe, l’événement de l’automne prochain représente une occasion en or de revenir à Québec pour souligner des moments mémorables dans leur vie.

C’est avec une émotion palpable qu’il a raconté avoir accepté le rôle qui lui a été offert.

« Nous sommes tous des chums, même séparés par la distance. Le cœur est toujours là », a-t-il dit.

« Ça vient te chercher des affaires comme ça. Quand tu arrives à 75 ans, tu commences à penser à combien de temps il te reste. Tout ça va chercher des émotions et des souvenirs. Je suis très touché, mais si on me nomme président d’honneur, c’est juste parce que j’ai compté un but. Il y en avait des vedettes qui ont fait beaucoup pour les Nordiques », a-t-il ajouté.

Une ligue nécessaire

Même si plusieurs à l’époque levaient le nez sur l’AMH, l’avènement de cette ligue décriée s’avérait nécessaire, selon Lacombe. Une centaine de joueurs québécois y ont évolué pendant sept saisons.

« Il fallait découvrir d’autres joueurs. C’était toujours les gars du Canadien qu’on voyait. Quand l’AMH est née, les gens se sont dit : regarde donc ça comme ils sont bons aussi ces gars-là ! Cette ligue nous a permis d’évoluer chez nous », a fait valoir l’ex-défenseur.

Selon lui, il ne faudra pas tordre bien des bras pour amener une soixantaine d’anciens joueurs à Québec.

« Tout le monde nous aimait à Québec. La ville a embarqué pas à peu près. Les gens nous suivaient presque dans nos commissions pour voir ce qu’on allait manger. Je suis sûr que les gars sont excités de revenir ici », a-t-il souri.

Peu d’espoir

Si Lacombe se réjouit à l’idée de renouer avec les anciens Nordiques, il se dit au contraire pessimiste quant au retour de l’équipe un jour à Québec.

« C’est décourageant. Je ne vois pas pourquoi on n’a pas droit à une équipe à Québec, mais tu ne peux pas brasser la LNH. C’est un milieu trop conservateur. J’aimerais ça, mais j’ai bien peur que ça n’arrive pas. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.