/finance/opinion/columnists
Navigation

Une honte internationale

Coup d'oeil sur cet article

Des files d’attente à n’en plus finir qui entourent des bureaux de passeport. Des policiers appelés à calmer la grogne de citoyens frustrés. Du temps et de l’énergie gaspillés en vue d’obtenir un service gouvernemental aussi capital et aussi essentiel qu’est celui de renouveler son passeport.  

Voilà la « belle » image que le Canada projette avec sa crise du passeport. 

Après avoir réussi à « sauver » à coup de 500 milliards $ l’économie canadienne et ses millions de victimes de la pandémie, le même gouvernement Trudeau nous fait mondialement honte avec l’incroyable cafouillage qui sévit à Passeport Canada. Cela fait des mois que Passeport Canada se dit débordé et incapable de répondre à la demande de renouvellement des passeports.  

PRÉVISIBLE 

Pourtant, c’était grandement prévisible, qu’à la suite du faible taux de renouvellement des passeports durant les deux premières années de la pandémie, la demande allait exploser sitôt l’ouverture des frontières.  

À preuve, en mars dernier, dans le Budget principal des dépenses 2022-23 d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, il était mentionné que le volume attendu de demandes de passeport allait s’élever à 1,1 million. 

« Nous nous efforçons de délivrer les passeports aussi rapidement que possible, dit-on sur le site de Passeport Canada. En raison du volume élevé, les délais de traitement sont plus longs que d’habitude. » 

Ben oui, la belle excuse du volume élevé, comme si c’était surprenant !  

DES POULES PAS DE TÊTE  

Passeport Canada donne l’impression d’être dirigé par des gens qui courent comme des poules pas de tête.  

Il aurait fallu dès le début de l’année, en prévision de la réouverture des frontières, que la ministre responsable de Passeport Canada, Karina Gould, ordonne aux dirigeants de Passeport Canada de mettre immédiatement en place un train de mesures pour répondre à la demande de renouvellement des passeports. 

Exemple de mesures spéciales qu’il aurait fallu déployer rapidement :   

  • Déblocage immédiat d’un budget spécial pour répondre à la demande  
  • Formation et embauche de personnel supplémentaire   
  • Allongement des heures d’ouverture des bureaux de passeport  
  • Ouverture des bureaux 7 jours par semaine  
  • Accélération de la vérification des renseignements  
  • Plus de temps supplémentaire   

PONCTION DANS PASSEPORT CANADA 

Au lieu de mettre de l’avant un tel train de mesures en vue de répondre à la forte demande de renouvellement des passeports, qu’ont fait Justin Trudeau et sa ministre des Finances Chrystia Freeland en mars dernier ?  

Pour l’exercice en cours, 2022-23, ils ont haussé de 654 millions $ le Budget principal des dépenses d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), le portant à 3,91 milliards $.  

Le hic ? Pour financer une partie de ces dépenses supplémentaires du ministère IRCC, ils ont notamment décidé de puiser 57,4 millions de dollars à même le Fonds renouvelable du Programme de passeport, lequel programme doit s’autofinancer à même les services rendus aux citoyens. 

Trudeau et sa ministre Freeland croient que ces 57,4 M$ soutirés au Fonds renouvelable du Programme de passeport pourront être renfloués par l’augmentation des revenus que générera le volume attendu de 1,1 million de demandes de passeport, en 2022‐2023.  

À mon avis, cette manœuvre financière démontre que le gouvernement Trudeau était pleinement conscient qu’une forte demande de renouvellement de passeports allait se produire.  

Mais il a carrément raté son coup en laissant la situation se détériorer au point qu’une crise des passeports frappe partout au pays depuis des semaines et des semaines. C’est honteux ! Il faut absolument corriger la situation en mettant les bouchées doubles dans les bureaux de Passeport Canada, sept jours par semaine !  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.