/finance
Navigation

Moscou paye en roubles des dettes en dollars et dénonce la «farce» d’un défaut de paiement

Moscou paye en roubles des dettes en dollars et dénonce la «farce» d’un défaut de paiement
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La Russie s’est acquittée en roubles de paiements d’intérêts sur sa dette libellée en dollars, a annoncé jeudi le ministère des Finances russes, en raison des sanctions occidentales qui font planer depuis des mois le risque d’un défaut de paiement. 

• À lire aussi: Gaz: l'Allemagne passe en niveau d'alerte face au tarissement des flux russes

• À lire aussi: Guerre en Ukraine: plus de 150 sites culturels endommagés ou détruits

• À lire aussi: L'UE interdit l'accès de ses institutions aux lobbyistes de Russie

 Niant en bloc le risque d’un défaut de la Russie, le ministre des Finances Anton Silouanov a accusé «les contreparties étrangères» de «refuser d’effectuer des paiements en devises étrangères, ce qui est une situation de force majeure pour nous», créant ainsi les conditions d’un défaut artificiel.

«Tous ceux qui s’y connaissent savent que ce n’est pas un défaut. Honnêtement, toute cette situation ressemble à une farce», a-t-il raillé.

«N’importe quel jour où un investisseur voudra ou pourra venir chercher son argent, l’équivalent en roubles l’attendra», a-t-il prévenu.

Dans un communiqué jeudi, son ministère a annoncé avoir payé en roubles des échéances sur sa dette extérieure à échéance en 2027 et 2047 d’un montant total de 12,51 milliards de roubles, soit près de 235 millions de dollars.

«Ainsi, les obligations (...) de la Fédération de Russie sont remplies dans leur intégralité par le ministère des Finances de la Russie», a ajouté le ministère.

L’argent a été transféré au National Settlement Depository (NSD), un organisme russe centralisé chargé du dépôt des titres financiers échangés dans le pays et sanctionné par l’Union européenne.

Le ministère a expliqué se baser sur un nouveau système de paiement temporaire entré en vigueur par un décret présidentiel publié mercredi.

Ce système prévoit que, lorsqu’une échéance arrive, le ministère des Finances transfère l’équivalent en roubles des fonds au NSD, qui s’occupe de rembourser les créditeurs en roubles au taux de la banque centrale russe, afin «d’assurer l’équivalence maximale des paiements».

Si les créditeurs sont russes, les fonds sont transférés «en contournant les intermédiaires étrangers», précise le ministère des Finances.

Mais si les titres sont détenus à l’étranger, les fonds seront transférés sur des comptes spéciaux en roubles, un mécanisme proche de celui utilisé pour les paiements gaziers.

Anton Silouanov a assuré qu’» afin de protéger les investisseurs contre le risque de variation du taux de change, ces fonds seront indexés au taux actuel du rouble (...) jusqu’au moment des règlements effectifs aux propriétaires».

Fin mai, la Russie a annoncé qu’elle rembourserait sa dette extérieure en roubles, ne pouvant plus le faire en dollars du fait des sanctions, malgré son importante liquidité financière.

Or, un remboursement dans une devise autre que celle dans laquelle une créance a été libellée expose le débiteur à un défaut sur sa dette.

Depuis que les trois grandes agences de notation financières internationales ne notent plus la Russie, il revient à une organisation réunissant de grandes banques internationales (Credit Derivatives Determinations Committees) d’évaluer si oui ou non la Russie rate des paiements à ses créanciers.

Début juin, cette commission de créanciers a affirmé que le pays n’avait pas honoré le paiement d’intérêts sur sa dette à hauteur de 1,9 million de dollars dû le 4 avril.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.