/lifestyle/columnists
Navigation

Retour sur «homosexuels VS machos»

Coup d'oeil sur cet article

Quand je vous ai envoyé un texte que j’avais écrit pour me prononcer sur l’idée exprimée par une de vos correspondantes à l’effet que les homosexuels étaient les hommes qui comprenaient le mieux les femmes, je me doutais bien que vous alliez l’édulcorer. Mais quand j’ai lu ce matin dans votre Courrier ce qui en restait, je suis resté abasourdi. Je suis certain d’une chose, il n’y a certainement pas grand monde qui va en comprendre une ligne, car moi-même qui l’ai écrit, j’avais du mal à suivre.

Vous dites l’avoir écourté parce qu’il était trop long, mais en faisant en sorte d’en garder l’esprit affirmez-vous. Et bien c’est raté ! Ma lettre était une attaque directe à toutes ces femmes qui, sous prétexte qu’elles ont accouché, croient être devenues des mères.

Pourquoi je m’attaque aux mères pour prouver mon point ? Je ne m’étendrai pas là-dessus parce que mon texte risquerait encore d’être trop long. Je n’avais pas du tout envie de partager la responsabilité entre les hommes et les femmes dans l’éducation des garçons. En tout cas, certainement pas avant l’adolescence. Et j’ose même avancer que rendu là, il est déjà trop tard, le mal est fait.

Votre traduction de mon texte me donne l’impression de fréquenter l’université, avec ses micro-agressions et ses espaces sans discussions. Vous vouliez très certainement ménager la chèvre et le chou, hein ? J’imagine qu’il n’était pas question pour vous de friper les susceptibilités ?

Moi j’affirme que le comportement des machos est l’héritage direct du comportement des mères qui s’en sont lavé les mains de leurs garçons ! Elles sont les seules responsables du machisme qu’elles reprochent aux hommes. Homosexuels et machos confondus. C’était ça l’esprit de mon texte.

R.G.

Une chance que la révolution féministe a eu lieu pour redonner aux femmes leur juste place dans la société comme dans le couple, car avec des hommes qui véhiculent des idées comme les vôtres, on ne serait pas sortis de l’auberge avec les relations hommes/femmes. 

Rappelez-vous combien les hommes d’une certaine époque n’avaient pas besoin des femmes pour devenir machos, ils l’étaient par essence, pour ne pas dire de naissance. Les femmes étaient réduites à s’occuper du quotidien avec les enfants le jour, en laissant les pères établir leur loi en arrivant au foyer le soir. Le machisme dominait la société tout entière et les femmes n’avaient rien à dire dans le privé, avec pas de droit de vote ni possibilité d’ouvrir un compte en banque en plus. 

Feriez-vous partie de cette cohorte d’hommes incapable de reconnaître sa part de responsabilité dans une réalité qui saute aux yeux comme celle de contribuer à éduquer ses enfants ? En tout cas votre texte m’incite à le croire. Je ne puis cependant terminer mon commentaire sans vous dire que votre lettre me semble moins une opinion sensée que l’expression d’une colère qui remonte dans le passé et qui vous fait déraper.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.