/sports/hockey
Navigation

Un moment «surréaliste» pour Kadri

Un moment «surréaliste» pour Kadri
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant de l’Avalanche de Colorado Nazem Kadri n’a pas raté son retour au jeu, hier soir, en donnant la victoire aux siens en prolongation lors du quatrième match de la finale de la Coupe Stanley contre le Lightning à Tampa. 

• À lire aussi: LNH : une première depuis 1942?

• À lire aussi: Jon Cooper a le coeur brisé

Ce faisant, le Lightning, double champion en titre de la compétition, se retrouve dos au mur avec un retard de 3-1 dans cette série au meilleur de sept matchs. Pour Kadri, qui avait été blessé à une main dans la série précédente, il n’y avait pas meilleur scénario possible.  

«Je me sentais assez bien, tout le monde compose avec différentes blessures à ce point-ci de l'année, alors je me suis dit que j'allais endurer et contribuer aux efforts de mon équipe», a-t-il expliqué après la victoire (voyez son point de presse en vidéo principale).

Avouant avoir vécu des «montagnes russes d'émotions» depuis sa blessure, Kadri a admis qu’«être assis ici est un peu surréaliste en ce moment».

«C’est une performance courageuse, a commenté son entraîneur Jared Bednar. Il était à l'écart du jeu, a mis beaucoup d'efforts pour pouvoir revenir. Mais de revenir et jouer au maximum de ses possibilités comme il l'a fait, ce n'est pas facile à faire. (...) Ça démontre à quel point nos gars sont dédiés.» 

Confusion

Son but gagnant, inscrit en échappée après huit minutes de jeu en prolongation, s’est confirmé dans des circonstances bizarres puisque plusieurs ont cru que le gardien du Lightning, Andrei Vasilevskiy, avait réussi à faire l’arrêt alors que la rondelle était plutôt coincée dans le haut du filet.

Une séquence qui s’est amorcée avec une longue passe du portier de l’Avalanche, Darcy Kuemper.

«On avait été dans leur zone pendant un bout et ils avaient l'air fatigués, donc j'ai juste essayé de relancer l'attaque rapidement afin de les prendre de vitesse, a expliqué Kuemper. "Lekhy" (Artturi Lehkonen) a pu refiler la rondelle à "Naz" (Kadri) qui a fait un gros jeu pour finir le match.»

«J'essayais d'y aller du côté éloigné, je savais que je pourrais prendre un bon lancer et que j'aurais une chance, a continué Kadri. Je pensais avoir marqué au départ, mais Vasilevskiy m'a induit en erreur, je me disais qu'il l'avait peut-être sous son bras. Il était assis dans son demi-cercle, je pensais qu'il l'avait.» 

«Il y a eu quelques secondes de confusion, puis j'ai vu tout le monde sauter sur la patinoire et c'est là que j'ai su que c'était confirmé, a-t-il ajouté. C'était un bel effort d'équipe et je suis heureux que ce soit réglé .»

Quant aux critiques de l’entraîneur du Lightning Jon Cooper au sujet de la validité du but, estimant que l'Avalanche avit trop d'hommes sur la glace à ce moment-là, Kadri a affirmé ne pas comprendre de quoi il parlait, s’en tenant à rappeler que «la rondelle est dans le filet, fin de l'histoire».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.