/lifestyle/books
Navigation

Voici 15 romans à lire cet été

Coup d'oeil sur cet article

Pas question de commencer les vacances sans avoir au moins un bon roman à portée de main ! En voici 15, tous très différents les uns des autres.

Photo courtoisie

Si l’on a aimé la série télé The Crown, on risque fort d’apprécier cette biographie romancée consacrée à Marion Crawford, la jeune Écossaise qui a été embauchée en 1933 pour devenir la gouvernante des princesses Margaret et Elizabeth. Son boulot l’ayant amenée à très bien connaître la future reine d’Angleterre, on aura le plaisir de découvrir comment les choses se passaient à l’époque au palais. Mais aussi de côtoyer une femme qui a tout sacrifié pour le bonheur de ses petites protégées. Un vrai page turner!

Photo courtoisie

Un homme se retrouve tout d’un coup dans une vieille église de campagne entourée de montagnes. Tout d’un coup, parce que c’est comme si son esprit s’était rallumé à ce moment-là. Qui est-il? Qu’est-il venu faire dans ce coin perdu d’Islande? Il n’en a plus la moindre idée, tous ses souvenirs semblant s’être complètement envolés. Mais les gens du coin, eux, le connaissent. Une bonne chose, puisqu’ils pourront ainsi lui raconter l’essentiel. 

Ce pavé a reçu cette année le Prix du Livre étranger France Inter/Le Point. Et c’est pleinement mérité. 

Photo courtoisie

Le paquebot du titre est le Georges Philippar, un luxueux navire français assurant la liaison Marseille-Yokohama (plus de 18 000 km!) qui a appartenu à la Compagnie des messageries maritimes. On dit «qui a appartenu» parce qu’il a fait naufrage le 17 mai 1932 au large du Yémen au retour de son voyage inaugural. On découvrira pourquoi et comment grâce au récit de Jacques-Marie Bauer, un libraire au regard affûté qui racontera avec moult détails cette ultime traversée marquée par l’ascension d’Hitler. Pour les amateurs d’histoire avec un grand H.

Photo courtoisie

Même si elles appartiennent à des milieux complètement différents, Elisa et Beatrice sont devenues les meilleures amies du monde. Ensemble, elles font tout ce que les adolescentes de leur âge ont l’habitude de faire : échanger des secrets, rigoler, se chamailler, tirer des plans sur la comète, etc. Hélas, ça ne durera pas. Avec le début du troisième millénaire et la révolution Internet, leur amitié ne va pas tarder à éclater. C’est Elisa qui raconte et le roman qui en résulte est un beau coup de cœur. 

Photo courtoisie

Si on a envie d’un petit roman sympathique, le voici ! Alors place à Odette, une vieille dame un brin fantasque qui, deux fois par semaine, va passer une partie de la journée à l’aéroport Charles-de-Gaulle, où elle rêve à tous les grands voyages qu’elle pourrait faire. Après quoi elle retourne sagement chez elle. 

Sauf qu’un jour ça ne sera pas le cas et sa petite-fille Marie-Soleil partira tout de suite à sa recherche sur les routes de France. Accompagnée de Maurice, un vieil ami de la famille, et de Ludovic, un jeune flic mis sur la touche pour excès de zèle, elle ira ainsi de surprise en surprise ! 

Photo courtoisie

Ce roman a beau parler de boulot, il mérite sa place dans la valise ! Rempli d’humour, il nous permet de suivre les amusantes péripéties de Darren Vender, un jeune New-Yorkais qui travaille chez Starbucks depuis bientôt quatre ans. Il y serait d’ailleurs sans doute encore si, par un bon matin de mai, il n’avait pas eu la fantasque idée de convaincre l’un de ses clients réguliers de changer de boisson. Résultat, ce dernier lui offrira presque aussitôt une place de vendeur dans sa propre entreprise. Un rêve devenu réalité? Oh que non ! On n’en dit pas plus!

Photo courtoisie

Pour souligner comme il se doit son 70e anniversaire de naissance, Sverre a eu l’idée d’emmener toute sa famille en Italie. Mais très vite, Liv, Ellen et Håkon, ses trois enfants aujourd’hui adultes, découvriront qu’il s’agit là d’un cadeau empoisonné. Pendant le repas de fête, Sverre leur apprendra en effet que leur mère et lui ont l’intention de divorcer sous peu. On verra ensuite comment chacun réagira à cette annonce et chaque fois, on aura droit à d’agréables petites touches d’humour.

Photo courtoisie

Même si elle se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale, l’intrigue de ce livre n’a absolument rien de triste ou de tragique. La pénurie d’aliments et les tickets de rationnement? Eh bien, justement, la BBC compte s’en servir pour organiser un concours sur «la cuisine en temps de guerre». Le prix étant assez sympa – un poste de coanimatrice dans une émission culinaire de renom qui aurait réellement existé –, quatre femmes originaires du petit village anglais de Fenley décideront d’y participer... et de gagner à tout prix. Sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, une lecture savoureuse!

Photo courtoisie

L’autrice, Katia Astafieff, est une voyageuse patentée d’origine française. Mongolie, Thaïlande, Bolivie... On peut dire qu’elle est allée un peu partout. Et lorsqu’elle a ressenti le besoin de se retrouver dans la nature sauvage, elle est venue ici, au Québec. Avec l’idée bien arrêtée de parcourir une bonne partie du sentier international des Appalaches. Dans ce petit livre dont on a apprécié la légèreté du style, elle décrit donc sans fard tout ce qu’elle y a vécu. Aussi instructif que distractif!

Photo courtoisie

Daniel et Alison se sont rencontrés à la fin des années 70, du temps où ils habitaient tous deux Sheffield, dans le nord de l’Angleterre. Ils étaient alors encore des ados, mais oui, ils se sont aimés. Et puis la vie a suivi son cours. Devenue écrivaine, Ali est partie s’installer en Australie. Quant à Dan, il vit avec sa femme à Édimbourg, où il est journaliste musical. Ça ne les empêchera pas de se retrouver 30 ans plus tard grâce à Twitter et comme dans le bon vieux temps, ils commenceront à s’envoyer des chansons... qui ne tarderont pas à éveiller chez eux une vaste gamme d’émotions. Une histoire d’amour qu’on recommande.

Photo courtoisie

On a beaucoup parlé de ce roman. Enfin... Pas nous directement, mais bon nombre de médias, surtout du côté des États-Unis. Et dans ce roman, c’est de Lex Gracie que les médias ont beaucoup parlé. Il y a une quinzaine d’années, Lex a en effet réussi à fuir le domicile familial – surnommé la Maison des horreurs –, où elle et tous ses frères et sœurs ont été incroyablement maltraités par des parents on ne peut plus tordus. Il faut avoir le cœur solide pour découvrir la suite, mais le jeu en vaut la chandelle.

Photo courtoisie

Il y a un an, la grande sœur d’Amy a quitté en douce le foyer familial pour se rendre à Los Angeles, son grand rêve étant de devenir playmate pour le magazine Playboy. Depuis, elle n’a jamais donné de nouvelles. Alors pour savoir ce qu’elle est devenue, Amy va elle aussi quitter Philadelphie et mettre le cap sur la Californie. Tant pis si l’auto-stop n’est pas un moyen de transport particulièrement sécuritaire... et si elle n’a que 14 ans. Dans les années 70, il y avait vraiment toutes sortes de monde sur les routes ! Un petit coup de cœur.

Photo courtoisie

Après avoir donné naissance à celle qui deviendra un jour Mary Shelley, l’autrice du célèbre Frankenstein, Mary Wollstonecraft va comprendre assez vite qu’elle n’en a plus pour longtemps. Dans cette biographie romancée qui vaut le détour, elle entreprendra donc de raconter sa vie qui, aussi courte soit-elle, a été particulièrement bien remplie. Dans l’Angleterre patriarcale du XVIIIe siècle, elle a notamment été l’une des premières à s’insurger ouvertement contre les inégalités entre hommes et femmes.

Photo courtoisie

Un autre livre phénomène qui nous vient tout droit des États-Unis. Il met en scène Nina, une jeune femme passée maître dans l’art d’escroquer les gens qui ne manquent pas de fric. Un boulot relativement payant, mais pas assez pour payer le traitement qui pourrait sauver sa mère. Qu’à cela ne tienne. Elle va se trouver une nouvelle victime pleine aux as et tenter de l’arnaquer. Sauf que les choses ne se passeront pas tout à fait comme prévu...

Photo courtoisie

Cette année, Anne et Antoine pensaient pouvoir s’en tirer. Le réveillon de Noël se déroulant toujours, mais alors là toujours chez eux, ils s’étaient dit que cette fois, leur tour était enfin venu de se faire recevoir. Sauf que belle-maman en décidera autrement, et le 24 décembre à 7 h 12 – il n’y a qu’elle pour appeler à des heures pareilles –, ils apprendront que non, que toute la famille devrait arriver vers les 19 h 30. La galère, quoi ! Ce dont on sera les derniers à se plaindre, la suite étant assez rigolote.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.