/news/transports
Navigation

Route 169 et 2e rang ouest: il faut que ça change!

Route 169 et 2e rang ouest: il faut que ça change!

Coup d'oeil sur cet article

Route 169 et 2e rang ouest : Il faut que ça change! Près d'une semaine après l'accident mortel ayant eu lieu à l'intersection de la route 169 et du rang 2 à Métabetchouan–Lac-à-la-Croix, au Lac-Saint-Jean, la pression s'accentue auprès du ministère des Transports pour que des mesures correctives soient prises rapidement pour sécuriser les lieux.

Lundi soir, une résolution a été adoptée par les élus locaux pour que des améliorations soient apportées à l’intersection de la route 169 et du 2e rang Ouest. Les élus demandent au ministère des Transports de réduire la vitesse de 80 à 70 km/h et de demander à la Sûreté du Québec d’augmenter la surveillance policière dans le secteur, jour et nuit.

À plus long terme, ils demandent également la mise en place d’un carrefour giratoire. La possibilité de mettre en place des feux de signalisation a aussi été soulevée.

Plusieurs citoyens étaient d’ailleurs présents lors de cette séance du conseil de ville, dont Alexandre Pérusse, le père de la petite Larissa qui a péri lors de l’accident de jeudi dernier.

«J’aimerais voir de l’action beaucoup plus rapidement», a-t-il mentionné.

Le père de famille demande que des actions plus concrètes soient posées dans l’immédiat pour éviter qu’un drame comme le décès tragique de sa fille survienne une fois de plus. Il demande d’ailleurs que la limite de vitesse soit modifiée à 50 km/h dans le secteur, du moins jusqu’à ce que les actions à plus long terme soient adoptées.

«On veut étudier le dossier? Pas de problème! Mais pourquoi est-ce qu'aujourd'hui, on ne peut pas mettre les panneaux à 50 km/h? Ça coûte 500 $ changer des panneaux !», s’est-il exclamé.

«Sa proposition est intéressante», a réagi le maire André Fortin, qui reconnaît que changer la vitesse sur les panneaux de signalisation peut se faire rapidement.

Dans l’immédiat, un panneau de signalisation demandant aux automobilistes de réduire leur vitesse a été mis en place vendredi dernier, tout près de l’intersection où la collision est survenue. Or, aucun changement n’a vraisemblablement été constaté depuis.

«"S'il vous plaît, ralentissez", mais c'est quand même 80 km/h. Un beau panneau, c'est le fun, mais ça fait rien. J'aimerais avoir de la vraie action et, pour moi, de la vraie action, c'est une réduction immédiate pour s'acheter du temps, pour étudier la situation», a expliqué M. Pérusse.

Le théâtre de nombreux accidents

Ce n’est pourtant pas la première fois qu’un accident survient à cette intersection, qui est problématique depuis au moins les 20 dernières années.

«Chaque année il y a environ de huit à neuf accidents dans cette croisée de chemin là. L'année commence et on est rendu à quatre», a déploré le maire.
Le 26 juin 2009, un accident survenu au même endroit avait coûté la vie à Pierrette Gaudreau.

«À l'époque, j'ai recommandé au ministère des Transports du Québec d'envisager l'installation d'un feu de circulation sur la 169, à ce croisement avec le rang 2 », s’est remémoré le coroner qui avait enquêté sur cet accident, Clément Paradis.

Pourtant, 13 ans plus tard presque jour pour jour, ses recommandations n’ont jamais été appliquées.

«Déjà (en 2009), les policiers remarquaient que c'était un endroit qui était dangereux. Là, maintenant, je pense que dans la tête de tout le monde, cette intersection-là, c'est une priorité», a poursuivi l’ex-coroner.

«Ça fait 20 ans qu'on demande une intervention du ministère des Transports et ça ne se fait pas, on a toujours plein d'arguments. Là c’est assez, il faut que ça bouge!», a enchaîné le maire André Fortin.

Élan de solidarité

Depuis jeudi, les citoyens sont nombreux à faire preuve de solidarité vis-à-vis de la famille Pérusse. Afin de les aider à surmonter cette épreuve, un GoFundMe a été créé et près de 1000 $ ont été amassés en quatre jours.
Une pétition circule également sur les médias sociaux afin de faire pression sur le MTQ. À ce jour, plus de 6 600 signatures ont été apposées sur un objectif de 7 500. Il s’agit de gens du secteur, mais aussi d’un peu partout à travers le Québec.

«Six milles six cents noms, ce n'est pas rien, on est 4000 chez nous! Ça fait qu'on a tous les appuis qu'il faut et il faut que ça bouge!», a dit M. Fortin.

Le maire, les membres du conseil municipal et la direction générale de la Ville rencontreront le MTQ mercredi prochain, à 13 h. Le ministère présentera ses recommandations à court et moyen terme, qui seront ensuite analysées pour en venir à un consensus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.