/en5minutes
Navigation

10 symptômes de fatigue à reconnaître avant de prendre le volant

1214987478
Getty Images/iStockphoto

Coup d'oeil sur cet article

Les vacances arrivent à grands pas et plusieurs Québécois sont fébriles à l’idée de partir à la découverte des différentes régions du Québec. Avant de prendre le volant pour parcourir une longue distance, il importe d’être reposé et bien réveillé.

Comme la fatigue entraîne une détérioration des capacités physiques et cognitives, les aptitudes des conducteurs ainsi que leur jugement en sont inévitablement affectés, ce qui peut mener à des erreurs de conduite et, ultimement, à des accidents.

Selon les données de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), chaque année, sur les routes du Québec 21 % des accidents mortels sont liés à la fatigue et représentent 23 % de l’ensemble des accidents avec des blessures corporelles. Dans la majorité des cas, il s’agit de sorties de route et des collisions en face à face. Les périodes à risque sont généralement entre minuit et 6 h et l’après-midi, entre 13 h et 15 h.

Et contrairement à la croyance populaire, la fatigue au volant ne se contrôle pas. Boire un grand café peut aider à restaurer la vigilance pour un court trajet, mais mâcher de la gomme, monter le volume de la radio ou descendre la vitre de sa voiture ne permettent pas de contrer la fatigue au volant.

Pour prendre la route en toute sécurité cet été, la SAAQ invite les Québécois à rester vigilants et à garder en tête ces 10 symptômes de fatigue avant de prendre le volant.

1. Avoir de la difficulté à se concentrer et à rester attentif  

Le niveau de concentration, de vigilance et d’attention est diminué en état de fatigue. Les risques de manquer une sortie, ou encore d'oublier de regarder dans les rétroviseurs, sont alors augmentés.

2. Réagir lentement  

La vitesse des réflexes des conducteurs est aussi affectée en cas de fatigue au volant. Cela peut, entre autres, entraîner un freinage plus tardif devant un obstacle.

3. Perdre la mémoire  

Dans cet état, la mémoire peut devenir floue et il peut être difficile de se souvenir des derniers kilomètres parcourus.

4. Se sentir inconfortable ou agité   

En présence de ce symptôme, il est ardu, voire impossible de trouver une position confortable sur son siège.

5. Avoir des pensées décousues  

Dans la plupart des cas, lorsque le conducteur présente des signes de fatigue importants, ses pensées peuvent se bousculer et se confondre dans sa tête, puis le distraire de la route.

1214987478
Getty Images

6. Mal interpréter son environ­nement  

Une personne fatiguée peut imaginer des ombres ou des animaux sur la route et avoir l’impression que sa vision est réduite, comme si elle conduisait avec des œillères.

7. Avoir de la difficulté à maintenir une vitesse et une trajectoire constantes  

Changement involontaire de voie, empiètement sur les bandes rugueuses en bordure de la route ainsi qu’une hausse et une baisse fréquentes de la vitesse ne sont que quelques exemples de ce qui peut survenir lorsque la fatigue prend le dessus.

8. Bâiller souvent  

Le bâillement est un réflexe qui précède souvent l’endormissement. En sa présence, le conducteur souffre inévitablement de fatigue au volant.

9. Avoir les yeux qui picotent  

Picotement, démangeaison et brûlement des yeux sont tous des symptômes qui apparaissent advenant une fatigue oculaire.

10. «Cogner des clous»  

Cette expression décrit parfaitement le comportement d’une personne qui tente de demeurer éveillée malgré une fatigue évidente et qui risque de s’endormir sous peu. On dénote alors un doux balancement de la tête.

Prévenir pour mieux diminuer les risques  

Pour respecter ses limites quant à la fatigue et au sommeil, tout conducteur est encouragé à s’accorder une bonne nuit de sommeil avant de prendre la route pour un long trajet. La majorité des adultes ont besoin de 7 à 9 heures de sommeil par nuit pour être en bonne forme mentale et physique. Si ce n’est pas possible, il est préférable de passer le volant à un autre passager plus reposé.

Il est également conseillé de conduire un maximum de quatre heures consécutives – idéalement, pas plus de deux heures – et de planifier ses déplacements en tenant compte des moments où la fatigue se fait habituellement le plus sentir.

Il faut donc prévoir des périodes d’arrêt dans un stationnement, une aire de service, un village-relais ou tout autre endroit accessible, sauf sur l’accotement. C'est l’occasion de sortir du véhicule pour relaxer, se dégourdir ses muscles et manger un repas léger. Il est déconseillé de boire de l’alcool.

De plus, pour prévenir la fatigue visuelle, il est souhaitable de libérer le tableau de bord de tout objet et de nettoyer régulièrement le pare-brise, les rétroviseurs ainsi que les phares avant.

Pour en savoir plus sur les signes à reconnaître et les comportements à adopter en cas de fatigue au volant, rendez-vous au saaq.gouv.qc.ca.