/finance/business
Navigation

Le pouvoir d’achat des PDG d’ici en hausse

La rémunération totale des patrons des grandes entreprises québécoises a bondi de plus de 25% l’an dernier

Le pouvoir d’achat des PDG d’ici en hausse
Photo d'archives MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le travailleur moyen ne cesse de perdre du pouvoir d’achat, plusieurs dirigeants de grandes entreprises québécoises ont eu droit, l’an dernier, à des augmentations de rémunération nettement supérieures à la forte inflation qui sévit actuellement.

• À lire aussi: Ralentissement et inflation: le Canada pourrait tomber en stagflation et c’est une mauvaise nouvelle

• À lire aussi: L'inflation nous appauvrit

• À lire aussi: Inflation: Desjardins contre un plan d’austérité fédéral

La hausse moyenne de la rémunération octroyée aux membres de la haute direction des 10 plus importantes entreprises cotées en Bourse a dépassé 25 % en 2021, indiquent des calculs effectués par Le Journal.

Cette augmentation s’apparente à celle de plus de 23 % constatée par le quotidien torontois The Globe and Mail pour la rémunération médiane des PDG des 100 plus importantes entreprises cotées au Canada. Celle-ci a atteint 9,1 millions $ en 2021.

Michel Magnan.
Comptable
Photo d'archives
Michel Magnan. Comptable

La situation ne surprend pas le professeur Michel Magnan, titulaire de la Chaire de gouvernance Jarislowsky à l’Université Concordia.

«Les marchés boursiers ont bien performé en 2021, ce qui a amené encore plus de vent dans les voiles dans les régimes de rémunération qui sont basés sur le cours des actions», relève-t-il.

Cibles conservatrices

Qui plus est, la pandémie avait repris de plus belle à la fin de 2020, lorsque les entreprises ont établi leurs cibles financières pour 2021.

«On venait de reconfiner de grands pans de l’économie, alors peut-être que l’image de ce qui s’en venait pour l’année 2021 était très noire. On a donc établi des cibles conservatrices qui ont été, finalement, atteintes facilement», résume François Dauphin, PDG de l’Institut sur la gouvernance.

Le spécialiste explique en outre que les programmes de rémunération ont généralement du mal à isoler la contribution individuelle d’un dirigeant donné à la performance d’une entreprise, de sorte que les émoluments ont tendance à suivre principalement l’évolution des marchés.

«Le problème qu’on constate depuis plusieurs années, c’est qu’on aimerait qu’il y ait une corrélation plus grande entre la rémunération et les éléments qui sont véritablement sous le contrôle des dirigeants», souligne-t-il.

La Caisse laisse passer

Les investisseurs institutionnels, qui s’inquiétaient ouvertement de la croissance marquée de la rémunération des grands patrons il y a quelques années, se font aujourd’hui plus discrets. 

«La préoccupation de contrôler la rémunération, c’est encore là, mais ça semble être passé en retrait par rapport à la préoccupation de retenir les équipes de direction», affirme M. Magnan.

Ainsi, la Caisse de dépôt et placement du Québec n’a rien trouvé à redire sur la rémunération des hauts dirigeants de Nuvei, qui a bondi de 2900 % en 2021, et de CGI, qui a crû de 111 %.

Pour François Dauphin, la raison en est bien simple. 

«Si ça va bien pour le dirigeant, en général ça va bien pour [l’investisseur institutionnel] comme actionnaire», dit-il.

Un fossé qui s’accroît

Résultat: la disparité entre la rémunération des grands patrons et des simples salariés a vraisemblablement continué de s’accroître en 2021, et ce, même si les travailleurs ont généralement eu droit à des hausses salariales plus généreuses au cours des derniers mois.

Selon M. Dauphin, dans un esprit de bonne gouvernance, les entreprises auraient intérêt à lier davantage la question de la rémunération des dirigeants à celle des inégalités de revenus dans leurs rangs.

«Ce sont des éléments qui devraient être analysés de façon plus pointue par les comités de rémunération au cours des années à venir, estime-t-il. Il y a une sensibilité plus grande. Quand on voit des sommes faramineuses octroyées aux dirigeants, ça produit des réactions viscérales chez les gens.» 


Rémunération des hauts dirigeants des dix plus importantes entreprises québécoises cotées en Bourse en 2021 

  • 1. Canadien National: +19 %
  • 2. Bell Canada: +14 %
  • 3. Banque Nationale: +44 %
  • 4. CGI: +111 %
  • 5. Dollarama: +19 %
  • 6. Power Corporation: -9 %
  • 7. WSP: +18 %
  • 8. Metro: +2 %
  • 9. Saputo: -15 %
  • 10. CAE: +33 %

Note : Alimentation Couche-Tard a été exclue parce que les données pour son plus récent exercice n’ont pas encore été publiées.

Les trois grands champions

Plus forte rémunération pour 2021

Le pouvoir d’achat des PDG d’ici en hausse
Photo d'archives
  • Philip Fayer, Nuvei 140,8 M$

Plus gros boni pour 2021

Le pouvoir d’achat des PDG d’ici en hausse
Photo d'archives
  • Alain Bédard, TFI International 5,3 M$

Plus grande rente de retraite accumulée

Le pouvoir d’achat des PDG d’ici en hausse
Photo d'archives
  • Jeffrey Orr, Power Corporation 41,1 M$

Sources : The Globe and Mail, Global Governance Advisors

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.