/news/currentevents
Navigation

Un père de famille d'origine française est coincé en France

Coup d'oeil sur cet article

Le voyage d'une famille de Saguenay a tourné au cauchemar. Le père d'origine française, établi dans la région depuis 12 ans, est actuellement coincé à Paris en raison d'une erreur d'inattention.

Sa carte de résidence permanente canadienne est expirée, une erreur coûteuse qui plonge le couple dans un tourbillon bureaucratique.

Lou Ridet habite à Saguenay depuis 12 ans avec sa femme et ses trois enfants. La carte manquante lui sert à voyager, mais elle doit être renouvelée tous les cinq ans. Chose qui n'avait pas été faite avant de partir pour la France.

«Quand j'ai voulu retourner au Québec, ils m'ont refusé l'accès à l'avion et je n'ai pas eu le choix de rester ici et de laisser partir ma famille», explique-t-il.

«Personne ne nous a contrôlés, ce qui aurait probablement permis que soit qu'on ne parte pas, soit qu'on puisse faire les démarches avant ou rendus là-bas. C'est sûr que, nous aussi, on a déménagé entretemps, donc probablement qu'on a reçu la lettre à notre ancienne maison. En fait, c'est ce qui est arrivé. Je ne comprends pas qu'en faisant tous les changements d'adresse au gouvernement, ça aussi, ça ne change pas automatiquement. Oui, ç’a été un oubli de notre part», avoue sa femme, Valérie Corneau.

La famille a quitté le pays le 21 juin dernier. La carte était déjà expirée depuis deux jours avant leur départ.

«Il y a une fille qui était dans la file derrière moi qui attendait et qui disait: “Madame, ça m'est arrivé moi aussi, puis ils m'ont laissé passer et ma carte était expirée depuis trois semaines. Donc, là, on avait espoir en fait», ajoute Mme Corneau.

Depuis six jours, M. Ridet réside chez des proches à Paris, sans salaire. Son employeur, Produits forestiers Résolu, est compréhensif selon lui, mais a vraiment besoin de tous ses employés, surtout durant la période des vacances.

Après avoir fait toutes les démarches que les autorités lui ont suggéré de faire, M. Ridet a voulu savoir combien de temps serait nécessaire avant d'avoir une réponse. Un agent de l'ambassade canadienne en France lui a répondu que les délais sont incertains présentement et qu'on pouvait parler de jours, de semaines ou même de mois.

Ses enfants lui parlent chaque jour par vidéoconférence. Les trois ont très hâte de revoir leur père.

Le député bloquiste de Jonquière, Mario Simard, est au courant de la situation, selon son attaché de presse, et assure qu'un message sera transmis au ministre de l'Immigration pour tenter d'aider le père de famille à retrouver les siens le plus vite possible.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.