/news/society
Navigation

Un projet immobilier en inquiète plusieurs à Coaticook

Coup d'oeil sur cet article

Un projet de densification urbaine inquiète des résidents de Coaticook. Plusieurs ont manifesté leurs préoccupations au conseil municipal, cette semaine, en raison de la construction d'un ensemble résidentiel de 250 portes.

Le Groupe Custeau projette de construire des immeubles pouvant comprendre jusqu'à 250 logements dans une ancienne carrière située entre les rues Bachand, des Tilleuls et des Érables.

«On n’a rien contre le projet et la construction d’appartements, c’est l’ampleur qui est beaucoup trop importante, a dit Marie-Claude Tremblay. Des 12 et des 24 logements, c’est trop gros pour notre petit quartier.»

«Selon nos calculs, ça veut dire qu’il y aura une densité de 6 000 habitants par kilomètres carrés dans ce petit coin, a indiqué Margot Bélair. Ailleurs dans la ville, c’est 350 habitants par kilomètre carré. Ça ne fait aucun sens.»

Des représentants du Groupe Custeau ont visité plusieurs citoyens concernés.

«On comprend que les gens ont des préoccupations et des questions, a dit la directrice des communications du Groupe Custeau, Marie-Claude Michaud. On est justement là aujourd’hui [mercredi] et pour les prochains jours pour répondre aux gens. Tout a été pensé pour réduire le plus possible les impacts sur les résidences existantes. Par exemple, [il y aura] une zone tampon boisée d’au moins 10 mètres.»

Une séance d'information publique aura aussi lieu mercredi prochain.

Densification urbaine

Devant répondre à la pénurie de logements et de main-d'œuvre, le maire Simon Madore est convaincu de la nécessité de ce nouveau développement: «Au lieu de faire de l’étalement urbain, amenons les gens où les services d’aqueduc et d’égouts sont déjà. Rapprochons les gens des entreprises et après on pourra créer des incitatifs à circuler en vélo ou à pied.»

Le maire est donc favorable à la densification urbaine.

«La densification, c’est de loger le plus de gens dans un plus petit périmètre, a expliqué le professeur à la Faculté de droit à l’Université de Sherbrooke et spécialiste en affaires municipales, Guillaume Rousseau. On en entend beaucoup parler présentement de la part des élus municipaux parce que ça répond à la crise climatique. On évite d’empiéter davantage sur les milieux naturels et ça favorise le transport actif.»

Selon lui, l'enjeu risque de se présenter dans de nombreuses municipalités au cours des prochaines années.

«Surtout avec le phénomène des gens de Montréal qui déménagent en région, a-t-il précisé. Partout où il y a un noyau urbain, la question se pose. Est-ce qu’on continue l’étalement urbain où on construit en hauteur? C’est plus facile à dire qu’à faire, ça risque de susciter des débats.»

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.