/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Ottawa rétablit le dépistage aléatoire dans les aéroports

Coup d'oeil sur cet article

Les voyageurs doublement vaccinés qui arrivent au pays pourraient à nouveau être sélectionnés pour un test de dépistage dans les aéroports, le gouvernement fédéral ayant annoncé jeudi la reprise prochaine de ses tests aléatoires, au grand dam de l’industrie du tourisme et du voyage.

• À lire aussi: Les hospitalisations sont en hausse au Québec, mais pas de panique

«Le dépistage a été et est toujours un élément majeur de notre programme de surveillance visant à suivre l’importation du virus de la COVID-19 au Canada et à repérer les nouveaux variants préoccupants», a déclaré jeudi l’Agence de la santé publique du Canada par communiqué. 

La modification entrera en vigueur dès le 19 juillet 2022 pour les voyageurs qui arrivent au Canada par avion dans les quatre principaux aéroports canadiens, soit Vancouver, Calgary, Montréal et Toronto.


Pour être considéré comme voyageurs entièrement vaccinés entrant au Canada, il faut avoir reçu au minimum une série primaire d’un vaccin anticovidique accepté par le gouvernement fédéral au moins 14 jours civils avant l’arrivée au pays. 

Rappelons que le 11 juin 2022, dans le cadre d'une stratégie de transition des tests de dépistage hors des aéroports pour les voyageurs par voie aérienne, le gouvernement du Canada avait suspendu les tests aléatoires de dépistage obligatoire pour les personnes voyageant par avion.

– Écoutez l'entrevue d'Alexandre Dubé avec Diane Lamarre à QUB radio:

«Tous les tests de dépistage de la COVID-19 [...] seront effectués à l'extérieur des aéroports, soit lors d'un rendez-vous en personne dans certains emplacements (magasins ou pharmacies) de fournisseurs de tests, soit lors d'un rendez-vous virtuel pour un test d'autodépistage. Les voyageurs qui ne sont pas considérés comme entièrement vaccinés, à moins qu'ils n'en soient exemptés, doivent continuer à effectuer un test de dépistage au jour 1 et au jour 8 de leur quarantaine obligatoire de 14 jours», a précisé l’Agence de la santé publique du Canada.

L’industrie du tourisme choquée

La Table ronde canadienne du voyage et du tourisme, qui regroupe un ensemble d’entreprises du secteur, a fait savoir son mécontentement dans un communiqué jeudi.

«Alors que notre industrie travaille avec le gouvernement, les agences et les partenaires pour combattre les temps d'attente et les retards, cette annonce marque un pas en arrière qui cible injustement le secteur du tourisme au Canada et a un impact négatif sur les voyageurs canadiens et internationaux», a fait savoir la Table.

«La réimposition de ces mesures est un retour en arrière inutile et peu utile qui continue de mettre le Canada en porte-à-faux par rapport à ses partenaires internationaux et qui pointe du doigt le transport aérien comme étant la seule activité de consommation du pays soumise à des mesures sanitaires strictes.»

Le Parti conservateur du Canada s’est insurgé contre une décision qui va «nuire aux voyageurs canadiens et à l’industrie du tourisme».

Le candidat à la chefferie Pierre Poilievre croit lui aussi que cela va «empirer les choses pour les voyageurs». «Arrêtez le théâtre politique et réglez les problèmes dans les aéroports», a-t-il plaidé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.