/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: la Santé publique recommande la prudence pour l’été

Coup d'oeil sur cet article

Les cas de COVID-19 étant en hausse alors qu’une septième vague frappe le Québec, la direction générale de la santé publique enjoint la population à redoubler de prudence pour la période estivale.

• À lire aussi: Les derniers moments de Pierre Marcotte

• À lire aussi: COVID-19: une hausse marquée du nombre d'hospitalisations au Québec

«Même si la situation évolue somme toute favorablement, la contagion communautaire reste importante», a rappelé la Dre Marie-France Raynault, conseillère médicale stratégique senior au sein de la Direction générale de la santé publique.

Présentement, le variant BA.5 représente 43 % des cas, ce qui le rend «probablement» prédominant au Québec.

La Dre Raynault souhaite également rappeler que de vivre avec le virus implique de suivre quelques consignes de base.

«On doit s’abstenir de sortir si on a des symptômes respiratoires. Beaucoup de gens continuent de se présenter dans des rassemblements malgré qu’ils ont des symptômes», s’est-elle désolée.

À cet effet, la Santé publique réitère que les personnes ayant des symptômes devraient faire un test rapide et s’isoler.

«Même si le masque n’est plus obligatoire, c’est bon d’en avoir un à portée de main, si on se retrouve dans une foule», a ajouté la Dre Raynault.

Pour l’instant toutefois, réinstaurer son obligation n’est pas dans les plans de la santé publique.

La Santé publique remarque également que les personnes hospitalisées aux soins intensifs sont en moindre proportion par rapport aux vagues précédentes, montrant que le vaccin fonctionne pour «empêcher les formes les plus graves de la maladie».

Vaccination des enfants

Santé Canada a approuvé jeudi le vaccin Spikevax de Moderna pour les enfants âgés de six mois à cinq ans.

Plusieurs étapes restent toutefois à franchir avant qu’il ne soit disponible au Québec. Aucun échéancier n’est pour l’instant avancé.

Le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) devra notamment prendre connaissance des recommandations et des données, pour faire ensuite ses propres recommandations «très bientôt».

Le moment où le gouvernement fédéral rendra les vaccins disponibles pour les provinces est également encore incertain.

«On ne sait pas encore si on devra faire une priorisation. Si les doses n’arrivent pas rapidement, on l’offrira possiblement dans un premier temps aux enfants cancéreux ou immunosupprimé. Ce sont des choses qui se décideront dans les prochaines semaines», a expliqué la Dre Raynault.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.