/world
Navigation

Un père de famille coincé en France se bute à la bureaucratie

Un père de famille coincé en France se bute à la bureaucratie

Coup d'oeil sur cet article

Les nouvelles sont peu encourageantes pour une famille de Saguenay dont le père, originaire de la France, est coincé à Paris depuis près de deux semaines.

Sa carte de résidence permanente canadienne étant expirée, Lou Ridet n’a pu retourner chez lui après un voyage en France. Les délais minimaux pour recevoir un titre de voyage pour un résident permanent sont de deux mois. Il devra donc patienter avant de pouvoir retrouver ses proches.

«J’ai toujours le cerveau qui tourne, a confié sa femme, Valérie Corneau. [...]. Si on me dit deux mois, je vais attendre. Mais en ce moment, [le problème], c'est de ne pas savoir. Est-ce que ça va prendre six mois ou un an?»

Deux options sont sur la table pour ramener le père de trois enfants à la maison. La première est d’attendre la réception de sa carte de résident permanent, malgré les longs délais causés par la saison estivale et le manque de personnel. La seconde est de tout annuler et de faire une demande de passeport urgente, en passant par les États-Unis par voie terrestre.

«Je sais ce qu’est la bureaucratie et j'ai peur», a laissé entendre Valérie Corneau.

Le stress financier commence toutefois à peser sur la famille.

«Je la laisse seule avec la maison à gérer et les enfants, a dit Lou Ridet, en vidéoconférence. Après, j’écoule toutes mes vacances, mais on n’aura plus d’entrée d’argent. Financièrement, ça va être difficile.»

«Je suis au Canada depuis 12 ans, je n’entre pas illégalement au pays, c’est ça que je trouve difficile», a-t-il ajouté.

Le député de Jonquière Mario Simard entend s'adresser directement au ministre canadien de l'Immigration, Sean Fraser.

«Ce qu’on demande au ministère, ce n’est pas grand-chose, c’est de lui donner une carte de résident permanent qui est effective pour lui donner un titre de voyage, a expliqué le député bloquiste. C’est quelque chose qui devrait se régler rapidement, mais avec [Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada], on nous habitue à des complications administratives inutiles.»

La famille se donne encore une ou deux semaines avant de prendre une décision pour la suite des choses.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.