/sports/racing
Navigation

Les Suisses à l’honneur au Mont-Sainte-Anne

Coup d'oeil sur cet article

Lors de la première journée de compétitions de la 30e édition du Vélirium, vendredi au Mont-Sainte-Anne, deux cyclistes de la Suisse ont remporté les honneurs des courses cross-country courte piste.

Chez les femmes, Jolanda Neff a terminé première devant l’Américaine Gwendalyn Gibson et sa compatriote de la Suisse, Alessandra Keller. Seulement.13 secondes séparaient la première de la septième position.

La Québécoise Laurie Arseneault a bien tenté de suivre le rythme de peloton de tête en début de course, mais elle a dû se raviser, avant de finalement terminer en 18e position.

«Je pars tout le temps derrière et j’ai toujours du rattrapage à faire, a expliqué Arseneault, quelques minutes après la course. J’ai essayé de rester avec le groupe de tête, mais cela n’a pas fonctionné. En raison de l’acide lactique, j’ai eu de la misère à garder le "beat". Je suis remontée un peu vers la fin, donc je suis contente.»

«Peu importe le résultat, courir devant les gens que j’aime, c’est ce qui est le plus incroyable, a-t-elle ajouté. Tu veux toujours frapper un coup de circuit devant les gens que tu aimes, mais juste de les voir me supporter, ça vaut de l’or.»

La Québécoise Cindy Montembault n’a pas été en mesure de suivre le rythme, ce qui l’a empêchée de terminer la course.

Pour ce qui est des hommes, un peloton de 15 coureurs s’est poursuivi du début à la fin. Grâce à sa gestion de course, le Suisse Filippo Colombo s’est emparé de la tête en fin de course pour devancer le Mexicain Jose Gerardo Ulloa Arevalo.

«On ne pouvait pas commencer mieux le week-end. J’ai essayé de gérer l’effort, sans être en première position. [...] Il faut savoir gérer son énergie et savoir le bon moment pour attaquer», a laissé entendre le gagnant, qui a dépassé le Mexicain au dernier tour.

Bouchard exténué

De son côté, Léandre Bouchard était exténué après sa course. L’Almatois a terminé en 26e position.

«C’est très essoufflant, a dit Léandre Bouchard. Je me suis donné à fond et j’étais pas mal étourdi à la fin. J’ai réussi à sortir de ma zone de confort et c’est ce qu’on veut. Je sens que je prends du galon. C’est ma cinquième fin de semaine de course consécutive et, chaque fois, ça va de mieux en mieux. J’espère être encore meilleur dimanche.»

«Je suis satisfait. J’avais dit lors de la conférence de presse que je voulais avoir mal aux jambes et aux oreilles [en raison des encouragements des spectateurs] et je pense que je l’ai réalisé jusqu’à présent», a conclu Léandre Bouchard avec le sourire.

Pour ce qui est des compétitions de descentes, samedi, le Canadien de 22 ans Finn Iles tentera de continuer de surprendre, après avoir terminé en première position des qualifications.

La patience est de mise pour Laurie Arseneault

La cycliste québécoise Laurie Arseneault poursuit son développement, un processus qui pourrait bientôt la mener parmi l’élite mondiale, selon son entraîneur.

Après une 12e position, le 31 juillet dernier, à Snowshoe, en Virginie-Occidentale, l’athlète de Terrebonne a terminé en 18e position lors de l’épreuve de la Coupe du monde UCI de cross-country sur circuit court, vendredi, au Mont-Sainte-Anne.

«C’est certain que je veux toujours plus performer, mais honnêtement je prends cette expérience et je vais la mettre dans mon baluchon. Je suis persuadée que ça va mieux se passer les prochaines fois», a indiqué la principale intéressée après sa course.

«C’est un processus à long terme», a-t-elle précisé.

Avant la course, son entraîneur, John Malois, a affirmé que sa protégée de 25 ans a tous les outils pour atteindre l’élite mondiale dans les prochaines années.

«L’an dernier, c’était nouveau pour elle, mais cette année, elle est en train de prendre sa place et de s’affirmer, a-t-il dit. Je pense qu’elle peut devenir l’une des meilleures au monde d’ici quatre ou cinq années.»

«Elle progresse de course en course, a poursuivi l’entraîneur. [...] Selon le plan d’entraînement, je voulais commencer la saison graduellement pour finir fort en juillet et en août et c’est ce qu’on est en train d’accomplir.»

Pas une question de résultats

L’athlète se démarque grâce à sa passion et sa discipline dans sa quête d’atteindre l’excellence.

«Sa passion pour le sport m’impressionne, a noté John Malois. Elle va tout donner. Elle suit les programmes d’entraînement à la lettre. C’est le "fun" travailler avec elle et elle est très reconnaissante. C’est une bonne personne. Ça donne le goût de l’aider.»

Malois a participé aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992 à l’âge de 21 ans. De son propre aveu, il a voulu connaître du succès trop rapidement, ce qui lui a fait connaître une baisse de régime importante par la suite.

L’entraîneur veut se servir de son expérience afin d’éviter que l’erreur ne se répète. Dans le cas de Laurie Arseneault, il veut s’assurer d’y aller une étape à la fois. Dans ce contexte, les résultats sont quelque peu secondaires.

«Je veux que les athlètes aient du plaisir, sans trop se mettre de pression, a-t-il fait savoir. C’est ce que je remarque de Laurie, elle a du plaisir à rouler. C’est sa passion. [Vendredi] nous n’avons même pas parlé de positionnement. On a soupé ensemble jeudi et on sait qu’on est prêts. Si ça ne fonctionne pas, il ne faut pas dramatiser.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.