/news/education
Navigation

Difficile de recruter de la relève étudiante en milieu carcéral

Coup d'oeil sur cet article

Le milieu carcéral n'échappe pas à la pénurie de main-d’œuvre, de même que les problèmes de recrutement se font de plus en plus sentir dans le recrutement de la relève étudiante.

Une semaine avant la rentrée, le Collège d'Alma, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, est toujours à la recherche d'étudiants pour l'Attestation d'étude collégiale (AEC) en technique d'intervention en milieu carcéral.

Actuellement, une vingtaine d’étudiants sont inscrits à la formation qui débutera lundi prochain, ce qui permettra tout de même à la cohorte de suivre la formation. Toutefois, le Collège d’Alma aimerait bien combler les places vacantes.

«On vise toujours un nombre de 30 étudiants. On a fait toutes sortes de démarches pour inciter les jeunes [à s'inscrire]. On a travaillé avec des carrefours jeunesse-emploi. On a fait des sessions d’information», a mentionné Sébastien Renaud, directeur de la formation continue au Collège d'Alma.

Il faut dire que la pandémie y est aussi pour quelque chose. Faute de pouvoir offrir des cours en présentiel, nombreux sont ceux qui se sont dissuadés d’opter pour cette formation. Bien que les cours soient de retour complètement en présentiel, le problème persiste.

«Je dirais que ça fait environ trois ou quatre ans qu'on remarque une diminution dans le domaine, a expliqué M. Renaud. Il faut trouver une façon de pouvoir répondre au besoin de main-d'œuvre, car lorsque les directions de centres de détention nous interpellent pour qu'on puisse fournir de la main-d'œuvre et des stagiaires, on est en manque. On travaille de pair pour trouver des solutions, car on veut permettre à l'industrie de continuer à offrir le service.»

D’autant plus que le manque de main-d’œuvre dans le domaine se fait sentir à l’échelle provinciale.

«Au niveau de la prison de Roberval, elle est assez récente, donc on a du personnel en milieu ouvert, en milieu fermé et d’autres qui travaillent aussi au niveau des palais de justice de la région du Saguenay. C’est sûr qu’on n’y échappe pas un peu comme l’ensemble de notre réseau», a constaté Lyne Benoit, directrice des services correctionnels du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Contrairement aux autres techniques qui nécessitent six sessions d’études, cet AEC permet une intégration rapide sur le marché du travail, au bout de trois sessions.

«Dans le programme, nous avons deux stages. Un stage d'observation et la troisième session, nous avons un stage où les étudiants vont dans les milieux pendant 405 heures. On engage des comédiens, alors les étudiants peuvent venir voir à quoi ça ressemble et faire de l'observation. Ce n'est pas juste dans les livres, il y a beaucoup de pratique d'associé à ça aussi. Il y a des cours de combat, d'entraînement. Il y a beaucoup de cours au niveau de l'accompagnement, au niveau de la toxicomanie, de la santé mentale. C'est vraiment très complet», a expliqué la conseillère pédagogique à la formation continue, Chantal Thiffault.

Lorsque les étudiants optent pour le Collège d’Alma, ils doivent porter l’uniforme en tout temps, ce qui leur permet de se mettre dans la peau de leur future profession. Aussi, ils ont l’opportunité de visiter de nombreux centres de détention à l’extérieur de la région ainsi que la prison de Roberval.

Perspective d’avenir

La bonne nouvelle pour la relève actuelle, c’est que le taux de placement est pratiquement de 100%, autant au niveau provincial, fédéral qu’au sein des centres jeunesse.

«On a le milieu fermé, on a le milieu ouvert, ce qui fait en sorte que l’agent correctionnel touche à plusieurs domaines, à plusieurs facettes», a indiqué Mme Benoit.

«On a beaucoup de nos formateurs qui travaillent déjà dans le milieu, qui sont sur le terrain et qui peuvent donner la théorie, mais aussi beaucoup d'exemples concrets. Je le vois avec nos étudiants qu'on a présentement. Ils entretiennent de belles relations entre eux, beaucoup d'entraide, c'est vraiment comme une petite famille», a ajouté Mme Thiffault.

«On va être ouvert à discuter avec quiconque qui voudra intégrer le groupe tant qu'on ne sera pas complet, à 30 étudiants», a admis M. Renaud.

L'appel est lancé, les étudiants intéressés ont jusqu'au 15 août pour soumettre leur candidature sur le site internet du Collège d’Alma en sélectionnant l’onglet «Attestation d’études collégiales».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.