/news/society
Navigation

Un jardin collectif pour attirer des employés à Drummondville

Un jardin collectif pour attirer des employés à Drummondville

Coup d'oeil sur cet article

Pour répondre à la pénurie de main d'oeuvre, deux entreprises se sont serrées les coudes, à Drummondville, pour aménager un potager commun et ainsi attirer de futurs employés.

• À lire aussi: [EN IMAGES] «Ça sentait le cadavre»: des locataires saccagent son logement avant de partir

Depuis un an, le potager a pu fournir un bac de légumes par semaine à près de 120 employés. Une initiative très appréciée par les travailleurs, qui économisent sur l'épicerie.

«Je suis fière de mon employeur, parce que ça m'encourage à manger sainement et c'est beaucoup plus facile et abordable pour moi», a mentionné Anne-Sophie Gosselin, une employée de l'entreprise Nmédia.

C'est la compagnie de transport Groupe TYT qui a eu l'idée du potager pendant la pandémie. Le président de l'entreprise souhaitait ainsi créer un lieu de rencontre pour ses employés.

«En l'espace d'une semaine, nous avons tout mis sur pied. Nous avons trouvé un maraîcher et nous nous sommes mis à cultiver des légumes. Souvent, les employés se retrouvent au potager et discutent ici», a expliqué Patrick Marcotte, président de Groupe TYT.

Louis-Philippe Baril, président de l'entreprise Nmédia, s'est ensuite joint au projet. «Pat, c'est mon ami de longue date et une personne vraiment énergique, et il me dit "j'ai un potager chez TYT". J'étais confus, mais j'ai répondu que je voulais aussi avoir un potager», a indiqué M. Baril.

Au total, près d'une trentaine de légumes sont cultivés entre juin et octobre. Les surplus sont remis au Comptoir alimentaire de Drummondville.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.